Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Lille : la destruction de Marcel Bertrand a débuté

lundi 10 septembre 2018 à 19:54 Par Lisa Melia, France Bleu Nord

La destruction de la résidence Marcel Bertrand a débuté ce lundi après-midi, quartier Lille-Moulins. De nombreux anciens locataires étaient présents pour assister aux premières entailles dans le béton.

Début de la démolition de la barre Marcel Bertrand à Lille
Début de la démolition de la barre Marcel Bertrand à Lille © Radio France - Lisa Melia

Lille, France

Delphine tient fermement son téléphone portable, la caméra braquée sur la pelleteuse qui a commencé à percer la façade. Installée avec une cinquantaine d’autres anciens habitants de la barre Marcel Bertrand sur une motte d’herbes, elle tient à immortaliser le début de la fin : « Je viendrais tous les jours pour prendre des photos, promet la Lilloise. J’ai vécu huit ans au septième étage, ma fille est née ici. C’est important pour moi. »

Des souvenirs d’enfance

Dans le groupe d’ex-locataires, tous les âges sont représentés. Certains, comme Babeth, sont arrivés enfants : « Mes parents étaient parmi les premiers occupants, en 1961. J’avais 9 ans. » L’émotion est difficile à réprimer, alors que la pelleteuse attaque le béton et fait tomber les premiers morceaux d’immeuble. Babeth, elle, garde les yeux sur l’un des appartements du premier étage, « celui avec la rambarde rouge », précise-t-elle. 

De nombreux habitants sont venus assister aux derniers moments de la barre - Radio France
De nombreux habitants sont venus assister aux derniers moments de la barre © Radio France - Lisa Melia

Même si elle a quitté l’endroit il y a plus de 30 ans, elle se souvient précisément de la disposition des pièces et de la fenêtre de sa chambre. « Ça me fait bizarre, cet immeuble était très bien conçu. L’architecte qui a fait les plans a du se donner la peine de savoir comment les gens vivaient dans un appartement. Quand je suis partie je n’ai pas pleuré, je pense que c’est la mort du bâtiment qui me touche. » 

Babeth, ancienne habitante de Marcel Bertrand

À l’époque, la construction est moderne, confortable, appréciée. Aujourd’hui, nombreux sont les anciens du quartier qui ne regrettent pas de la voir tomber, car la zone est devenue « mal fréquentée », déplore Nelly, 78 ans, qui se rappelle les soirées d’enfants et d’adolescents, perchés sur les restes des remparts de Lille. « Je suis contente qu’il soit cassé, affirme la retraité, il faut faire place neuve. »

Trois ans pour les relogements

Mais pour opérer un tel renouvellement, il a fallu d’abord trois ans pour reloger les anciens locataires. « On leur avait promis qu’on ne déconstruirait jamais cette barre, tant que chacun n’aurait pas trouvé un logement qui corresponde à sa situation familiale et à ses souhaits, précise Martine Aubry, la maire de Lille, qui était présente pour le début de cette étape clef du chantier. Il s’agissait de faire un nouveau départ. »

Martine Aubry

Pour Lille Métropole Habitat, ce grand mouvement était l’occasion de mettre en action pour la première fois le dispositif d’habitants-relais, des locataires qui assuraient la communication entre leurs voisins et le bailleur. Avec succès.

Près de 490 000 euros ont ainsi été dépensés pour accompagner les déménagements et les aménagements dans les nouvelles habitations. Sur les 653 familles, 95% ont été relogées dans Lille. Six autres familles ont déménagé à Lomme, Hellemmes, Mons en Baroeul et Ronchin. Un tiers des anciens occupants est resté dans le quartier de Moulins.

Un chantier particulier

Le chantier doit s’achever entre la mi- et la fin du mois de décembre. Son coût total : 6,9 millions d’euros. « Il s’agit d’un chantier particulier », confirme Kevin da Silva, conducteur de travaux. Par sa taille, d’abord : la résidence Marcel Bertrand fait 200 mètres sur 10 mètres de large, sur environ 27 mètres de haut, sans compter les sous-sols. Le chantier devrait produire entre 10 000 et 12 000 tonnes de gravats. 

Démolition de la barre Marcel Bertrand - Radio France
Démolition de la barre Marcel Bertrand © Radio France - Lisa Melia

« C’est aussi une question de délai, précise Kevin da Silva. On doit curer, désamianter et démolir dans un délai restreint. Le nerf de la guerre, ce sont les huit kilomètres de joints amiantés sur les façades, qu’il faut retirer pour démolir. C’est très conséquent. »

Kevin da Silva, conducteur des travaux