Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limoges : les éleveurs de la Coordination rurale font face à la manifestation de l'association L214

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Dans toute la France, les militants de L214 se sont rassemblés samedi 16 janvier pour dénoncer la déforestation et l'élevage intensif responsables, selon eux, de la propagation d'épidémies, dont la Covid-19. À Limoges, une quinzaine de militants ont fait face aux éleveurs de la Coordination rurale.

 Face à face entre la Coordination rurale 87, en jaune, et les militants L214, en orange.
Face à face entre la Coordination rurale 87, en jaune, et les militants L214, en orange. © Radio France - Thomas Vinclair

Des échanges musclés se sont déroulés ce samedi sur la place de la République à Limoges. Une trentaine d'éleveurs de la Coordination rurale 87 sont venus faire face à la quinzaine de militants L214 qui manifestent des pancartes à la main. "Achetez un bout de terre et faites votre vie, lancent certains éleveurs. Arrêtez de vouloir nous imposer vos idées !" Face à eux, les militants L214 arborent des pancartes. On peut voir par exemple un bâtiment rempli avec des milliers de poules avec écrit : "Mais qui agit sur les causes ?"

Nicolas Boutaud, chasuble orange de l'association L214 sur les épaules, ne comprend pas les éleveurs : "Nous ne sommes pas contre eux, explique le responsable de l'association en Haute-Vienne. Nous voulons simplement changer le rapport avec l'animal." Les militants de l'association L214 dénoncent l'élevage intensif et la forte promiscuité dans certains élevages. La cause, selon eux, de nombreuses épidémies. 

En cette période de crise sanitaire, Nicolas Boutaud espère que l'homme va prendre conscience "de son rôle dans ces épidémies et notamment dans la déforestation." Selon lui, "les animaux sauvages, porteurs de maladies, se retrouvent privés d'habitat naturel et rentrent donc en contact avec les animaux domestiques ou l'homme."

Les militants dénoncent l'élevage intensif et la déforestation responsables des plusieurs épidémies.
Les militants dénoncent l'élevage intensif et la déforestation responsables des plusieurs épidémies. © Radio France - Thomas Vinclair

"Il faut devenir intégriste pour se faire entendre ?"

Face à eux, les éleveurs de la Coordination rurale 87 ne l'entendent pas de cette oreille. "Ils sont en train de nous dire que nos exploitations sont responsables des pandémies, souffle Patrick Blanc, à la tête de la coordination rurale 87. J'ai envie de dire qu'ils se trompent de pays ou même de région car ici nous n'avons aucun problème. Nos vaches du Limousin sont reconnues à travers le monde pour leur grande qualité et ça s'obtient en s'occupant bien de nos bêtes." 

Le message est clair pour les éleveurs de la coordination rurale.
Le message est clair pour les éleveurs de la coordination rurale. © Radio France - Thomas Vinclair

Plus que le message du jour des L214, c'est contre l'association qu'ils se sont rassemblés. "Nous, on prône une agriculture où le paysan peut vivre. Ils veulent nous imposer leur vision. Ils parlent "d'intensifs" mais 500 brebis sur le plateau de Millevaches c'est quoi pour eux ? Qu'ils nous foutent la paix, et foutent la paix à la population." Il en appelle aux autorités. "Il faut arrêter avec ces intégristes. Il faut devenir intégriste pour se faire entendre aujourd'hui ?"

Les deux camps continuent à se faire face, frontalement, mais sans violence, sous le regard vigilant des forces de l'ordre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess