Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limoges : Madrange dans l'inconnu après la menace de la Cooperl de fermer des usines

-
Par , France Bleu Limousin

C'est un coup de massue pour les salariés du groupe la Cooperl, propriétaire de Madrange à Limoges. La direction du groupe breton, leader de la filière porcine a annoncé ce mardi qu'elle envisageait de fermer plusieurs de ses usines suite à sa condamnation dans l'affaire du "cartel des jambons"

L' entreprise Madrange (rachetée en 2017 par la Cooperl) emploie 350 salariés à Feytiat et 140 à Limoges
L' entreprise Madrange (rachetée en 2017 par la Cooperl) emploie 350 salariés à Feytiat et 140 à Limoges © Radio France - Françoise Ravanne

Dans l'agglomération de Limoges, les 350 salariés de l'usine de Feytiat ont de quoi s'inquiéter. C'est l'avenir du site qui est en jeu. Car le directeur général de la Cooperl propriétaire de Madrange depuis 2017 a annoncé ce mardi qu'il envisageait de fermer plusieurs de ses usines suite à sa condamnation dans l'affaire du "cartel du jambon". La Cooperl basée dans les côtes d'Armor est en effet condamnée à verser plus de 35 millions d'amende par l'autorité de la concurrence pour des ententes sur les prix à l'échelon européen. 

Madrange parmi les 12 usines menacées de fermeture ?

La direction de la Cooperl qui clame son innocence affirme aussi qu'avec cette condamnation le groupe se retrouverait en cessation de paiement. Qu'il serait obligé de réduire les salaires, les investissements et de fermer 12 usines. Et ce qui n'est guère rassurant pour Madrange c'est que le directeur général a aussi précisé que la réflexion portait sur les usines rachetées notamment en 2017 à la holding financière Turenne Lafayette ce qui vise directement la société Madrange.

"Ce n'est pas aux salariés de payer la facture" Ludovic Bassaler, délégué CGT chez Madrange

En apprenant la nouvelle Ludovic Bassaler, délégué syndical CGT à Madrange se montre particulièrement inquiet même s'il attend d'avoir des informations plus précises. Pour lui "Tous les salariés vont être impactés par ce qui est en train de se préparer... car quand on voit qu'ils sont prêts à faire feu ça veut bien dire ce que ça veut dire". Pour lui une baisse des salaires serait déjà une catastrophe et concernant la condamnation de la Cooperl "Ce n'est pas les salariés qui doivent payer les erreurs ou les fautes qui ont été commises, ce n'est pas à eux de payer la facture" estime encore Ludovic Bassaler. 

Madrange emploie 350 salariés à l'usine de Feytiat et environ 140 sur le site de La Valoine à Limoges.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess