Économie – Social

Limoges : Madrange menacé après la découverte de comptes truqués

Par Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu mercredi 14 décembre 2016 à 15:06

L'entreprise Madrange fait partie du groupe Turenne Lafayette dont les comptes étaient apparemment truqués depuis des années.
L'entreprise Madrange fait partie du groupe Turenne Lafayette dont les comptes étaient apparemment truqués depuis des années. © Maxppp - Pascal Lachenaud

Madrange est menacé, comme toutes les autres entreprises du groupe agroalimentaire Financière Turenne Lafayette, après un audit révélant que les comptes étaient truqués depuis plusieurs années.

L' audit révélant les comptes truqués a été diligenté par Eric le Gouvello, nommé président de Financière Turenne Lafayette début décembre, suite au décès de Monique Piffaut, propriétaire et actionnaire unique du groupe agroalimentaire. Selon un communiqué de la société, la manœuvre durait "depuis plusieurs années, dans un contexte très dégradé pour la filière agroalimentaire en général et pour certaines filiales du groupe en particulier".

Une tricherie sur plusieurs années pour sauver le groupe

L'audit n'est pas encore terminé, mais selon les premiers éléments, "il semblerait que ces tromperies n'avaient pour but que de maintenir le financement du groupe", précise une porte-parole de Financière Turenne Lafayette. Le ministère des finances indique de son côté que la justice est saisie du dossier, afin de "déterminer les responsabilités et les causes de ces pratiques". Le ministère assure par ailleurs que l'Etat prendra "ses responsabilités pour accompagner la nouvelle direction et les salariés" face à cette situation, "qui représente un risque pour la pérennité du groupe et afin de s'assurer de pouvoir préserver les emplois".

3.200 emplois en péril aujourd'hui

Le groupe Financière Turenne Lafayette, qui comprend notamment Madrange dont le siège social se trouve à Feytiat, indique qu'il se mobilise "pour rechercher les voies et moyens d'assurer la poursuite des activités et conserver les emplois". Pour cela plusieurs pistes sont envisagées, dont l'ouverture du capital, pour trouver de nouveaux moyens de financement. Le groupe emploie au total 3.200 salariés sur 21 sites industriels en France. Outre le jambon Madrange, il possède les marques William Saurin, Garbit, PetitJean, Soulié, La Lampaulaise de salaisons, Montagne noire, Le Foué de Paul Prédault, et le traiteur Ecochard.

Il est prématuré de s'inquiéter, selon les syndicats de Madrange

A Limoges et Feytiat, où Madrange emploie 600 salariés en CDI et quelques intérimaires, les syndicats préfèrent attendre les conclusions définitives. Ils estiment que pour l'instant, "l'audit parle du groupe et pas de Madrange spécifiquement". En conséquence, les salariés et leurs représentants n'affichent pas de grande inquiétude et préfèrent se raccrocher à la bonne santé industrielle de Madrange, dont les sites de Feytiat et de Limoges avec leurs 600 salariés, tournent plutôt bien.