Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limoges : "on travaille aussi bien que si le restaurant était ouvert !"

-
Par , France Bleu Limousin

Installé depuis la mi-février à côté des Halles, le village des restaurateurs rencontre un franc succès depuis son arrivée. A tel point, que la mairie vient de prolonger le dispositif jusqu'au 21 mars prochain. La dizaine de commerçants autorisée à travailler retrouve peu à peu le sourire.

Le village des restaurateurs à Limoges
Le village des restaurateurs à Limoges © Radio France - Mickael Chailloux

Les cloches sonnent à peine midi, mais il faut se faufiler parmi les clients qui se pressent déjà dans le village des restaurateurs pour essayer de lire la carte.

Devant le stand de Philippe Poisier, la queue commence à s'allonger. Aujourd'hui, il propose des salades, de la blanquette et de la tête de veau. Le chef, arrivé il y a un an et demi en Haute-Vienne est encore sous le choc de son succès.

"Tout part, c'est énorme, on est à plus de 200 plats du jour par service, on travaille aussi bien que si le restaurant était ouvert".

Plus pratique pour les clients

De l'autre côté du comptoir, les sourires se lisent sur les visages. Les clients sont ravis de retrouver leurs restaurants en cette période de crise sanitaire.

Olivia et Patricia habitent en Charente. Elles profitent de leur balade dans la capitale Limousine pour découvrir les spécialités de Philippe. "C'est une super idée ce village, ça nous fait plaisir de _retrouver des vrais plats_, nous à la campagne, on ne nous livrent pas".

L'engouement est le même chez les plus jeunes, de son côté, Hugo, dix ans, trépigne d'impatience devant la cabane en bois du "Petit Comptoir". Aujourd'hui, pour lui, c'est une blanquette de veau, qu'il espère aussi bonne que celle de sa mère.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess