Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limoges : un nouveau patron pour sauver le savoir-faire du dernier costumier français

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Limousin

Moins d'une semaine après la liquidation judiciaire de France Confection à Limoges, une nouvelle société, baptisée France Manufacture, vient de se créer pour tenter de sauver le savoir-faire du dernier costumier français. L'objectif affiché est de redémarrer l'atelier début avril.

a Limoges, l'atelier France Confection devient France Manufacture et va pouvoir continuer à fabriquer des costumes français.
a Limoges, l'atelier France Confection devient France Manufacture et va pouvoir continuer à fabriquer des costumes français. © Radio France - Jérôme Ostermann

Alors que la liquidation de la société France Confection semblait sonner le glas des costumes "made in Limoges", le dernier costumier français pourrait renaître de ses cendres avec la création d'une nouvelle entreprise. France Manufacture souhaite ainsi reprendre les actifs de France Confection, à l'initiative du groupe textile français La Compagnie des Ateliers Peyrache, basé en Haute-Loire. Un rebond rapide, s'il se confirme, puisque cette annonce intervient moins d'une semaine après l'annonce de la liquidation du site Limougeaud, qui employait 85 salariés.

Des costumes, mais aussi des masques de protection

Dans un communiqué, la nouvelle entité dit vouloir assurer ainsi "la continuité des savoir-faire du dernier costumier français en lui donnant une nouvelle identité." L'activité devrait ainsi se diversifier et s'élargir, notamment avec la "création d’un service interne de Recherche et Développement, qui travaillera à l’élaboration de textiles techniques, et avec la _fabrication de nouveaux produits dans le secteur des objets publicitaires_" précisent les nouveaux patrons. 

L'atelier qui restera "pour le moment" sur son emplacement historique sur son site de Limoges, ambitionne aussi de se lancer dans la fabrication de masques anti-projection pour les soignants. Il vise une production de 2000 à 3000 pièces par jour. France Manufacture a aussi pour objectif de séduire des marques textiles désireuses de relocaliser leur production en France.

Un investissement de 100.000 euros par an, sur 5 ans

La Compagnie des Ateliers Peyrache annonce un investissement de 100.000€ par an, sur 5 ans, pour moderniser l’atelier de Limoges, grâce au soutien d'un fonds d’investissement (APICAP). Le groupe ne précise pas combien de salariés seraient repris avec la création de France Manufacture, mais c'est l'actuel directeur du site Limougeaud qui reste aux commandes. 

Encore des étapes juridiques à franchir

Reste que sur le plan juridique, les salariés de France Confection ne sont pas encore officiellement licenciés. Le Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE), soumis par le mandataire judiciaire, doit encore être validé par la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECTTE). Une étape qui devrait prendre plusieurs jours. De son côté, la nouvelle entreprise qui souhaite reprendre les actifs reconnaît que le redémarrage de l'atelier Limogeaud "a été retardé par les procédures juridiques et ne pourra se concrétiser qu'après le 6 avril", selon ses estimations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu