Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Économie – Social DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Linky : 16.500 compteurs déjà installés dans le Territoire de Belfort, mais les opposants ne désarment pas

lundi 24 septembre 2018 à 17:53 Par Fanny Bouvard, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le collectif "Stop Linky 90" existe depuis le printemps dernier et il rassemble de plus en plus de terrifortains opposés au déploiement des nouveaux compteurs "intelligents". Leurs craintes sont nombreuses et le débat avec Enedis sous haute tension.

Illustration : un installateur de compteur Linky.
Illustration : un installateur de compteur Linky. © Maxppp - Marc Ollivier

Territoire de Belfort, France

C'est au début de l'année 2018 qu'ont commencé les installations des compteurs Linky dans le Territoire de Belfort. Ces nouveaux boîtiers verts permettent de mesurer en temps réel votre consommation et transmettent ces données au fournisseur d'électricité. "Nous en sommes à 16.500 compteurs changés, précise Emmanuel Laderrière, directeur territorial d'Enedis Franche-Comté. Ça représente à peu près _20% des foyers terrifortains etles refus sont assez rares, moins de 2%_". Mais depuis le printemps et la création du collectif "Stop Linky 90", les opposants s'organisent.

De nombreuses craintes et une opposition claire

Le collectif affirme compter 150 membres, contre une trentaine au printemps dernier. "A chaque réunion publique, on voit de plus en plus de gens, souligne Gérard Groubatch, l'un des membres du collectif et président de France Nature Environnement 90. Entre 100 et 200 personnes viennent se renseigner, signer nos pétitions, même si elles n'adhèrent pas toutes à "Stop Linky""

Systématiquement, selon lui, les interrogations portent sur les mêmes points : une potentielle sur-facturation, la protection des données collectées par le compteur, les risques d'incendie, ou encore les ondes émises. "Je ne veux pas que les ondes électromagnétiques se propagent chez moi, explique Gérard Groubatch. En plus d'internet et de tous les autres appareils, c'est un vrai danger pour mon cerveau". "Stop Linky 90" estime n'obtenir aucune réponse claire de la part d'Enedis. 

Le fournisseur d'électricité assure être ouvert à la discussion. "Il y a un numéro vert ( _le 0 800 054 659_), détaille Emmanuel Laderrière, et quand les gens nous expliquent leurs inquiétudes on prend le temps". Sur les ondes électromagnétiques par exemple, le responsable territorial souligne, études scientifiques à l'appui, que le compteur en émet "80 fois moins qu'un réfrigérateur" et qu'il répond "à toutes les normes européennes." 

Les opposants refusent l'accès aux installateurs

Tout cela ne convainc pas les membres de "Stop Linky 90". En juin dernier, Gérard Groubatch, a refusé l'installation de compteurs dans les locaux de France Nature Environnement 90 et à son domicile. "Ils m'ont appelé et écrit régulièrement, se souvient-il. Mais au bout d'un mois et demi, plus de nouvelles".

En fait, les installateurs peuvent changer un compteur situé sur la voie publique, mais pour les propriétés privées, ils ont logiquement besoin d'une autorisation. C'est la loi et le tribunal administratif de Toulouse l'a clairement souligné, il y a deux semaines.

"Stop Linky 90" prêt pour d'autres actions

Le collectif aimerait recevoir le soutien de certains élus locaux. Il vient d'envoyer un courrier à tous les maires du département, leur demandant de publier un arrêté contre les installations de compteurs. Seul le maire de Belfort, Damien Meslot a répondu, soulignant que ça n'est ni son rôle, ni sa responsabilité.

"Stop Linky 90" envisage maintenant des manifestations avec des collectifs des départements voisins. Mais quoi qu'il en soit Enedis maintient son objectif. L'ensemble des nouveaux compteurs devraient bien être en service au 31 décembre 2021.