Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Liquidation du fabricant de fenêtres Huis Clos

-
Par France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La liquidation du fabricant de fenêtres Huis Clos a été annoncée ce jeudi après-midi au tribunal de commerce de Rouen. Les deux repreneurs qui s'étaient présentés n'ont pas été retenus. 713 commerciaux vont se retrouver au chômage, dont environ 62 en Haute-Normandie.

Tribunal de commerce (illustration).
Tribunal de commerce (illustration). © Radio France - - Bénédicte Courret

La liquidation judiciaire de la société Huis Clos a été annoncée ce jeudi au tribunal de commerce de Rouen. Cela marque la fin d'une success story pour ce groupe basé à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), longtemps cité comme un exemple de réussite entrepreneuriale. Aujourd'hui, c'est la descente aux enfers pour les quelques 713 salariés du groupe en France qui vont se retrouver au chômage. Ils sont près de 62 en Haute-Normandie.

"Ça fait mal mais on s'y attendait." (le secrétaire du CE de Huis Clos)

Pour le secrétaire du CE, David Bourdeau, la décision du tribunal de commerce n'est pas une surprise. La société était en redressement depuis mai dernier.

David Bourdeau, secrétaire du CE de Huis Clos : "ça ne surprend personne".

"On coule avec Huis Clos" (un salarié d'Isoplas, écœuré)

Sans compter les 175 salariés de l'usine de fabrication Isoplas d'Harfleur, près du Havre qui dépendent aussi du groupe Huis Clos et qui risquent de se trouver entrainés dans la chute.

Arnaud, salarié chez Isoplas : "Il y avait beaucoup mieux à faire avec cette société-là."

Deux repreneurs écartés

Deux offres de reprise ont été rejetées par le tribunal de commerce de Rouen. L’une émise par un homme d'affaires qui annonçait son intention de reprendre 800 personnes. L’autre de 5 salariés du groupe qui ne comptaient reprendre qu'une toute petite partie de l'activité.

Pourquoi de telles difficultés ?

Créée en 1990 par René Bertin, revenu aux commandes de son entreprise en début d'année, Huis Clos souffre de la crise . Changer portes et fenêtres n'est plus forcément une priorité pour les français. En 2012, et pour la première fois, le marché de la rénovation a baissé , sur fond de marché immobilier au ralenti. L'entreprise avance également des raisons plus politiques.

Victime collatérale de décisions politiques

Elle dit souffrir des annonces contradictoires sur la fiscalité écologique : Entre 2008 et 2012 le crédit d'impôt pour les pompes à chaleur par exemple, autre produit Huis-Clos, est passé de 50% à 15% et les ventes ont été divisées par 4. Et puis, en obligeant à raccourcir le délai de paiement des fournisseurs, la loi de modernisation de l'économie aurait coûté à elle seule, brutalement, 5 millions d'euros de trésorerie.

Des pratiques commerciales douteuses

Par ailleurs, la société est visée par une enquête sur des pratiques commerciales douteuses. Une centaine de plaintes ont été transmises au Parquet par la répression des fraudes. Le PDG René Bertin, ainsi que deux de ses cadres, ont été entendus en septembre sous le régime de la garde à vue. Ils pourraient être poursuivis pour pratiques commerciales trompeuses ou agressives et abus de faiblesse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess