Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Liquidation judiciaire de MSF et SAI : 38 licenciements à Glaire, faute de repreneur

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La liquidation judiciaire de MSF et SAI se précise. Faute de repreneur, les 38 salariés des deux sociétés qui fabriquent les moquettes Tecsom à Glaire devraient recevoir leur lettre de licenciement sous peu. La liquidation judiciaire pourrait être étendue à une troisième société, l'ARS.

La production est à l'arrêt depuis mi-avril à MSF et SAI
La production est à l'arrêt depuis mi-avril à MSF et SAI © Radio France - Alexandre Blanc

Glaire, France

38 emplois sont sur la sellette aux usines MSF et SAI de Glaire, près de Sedan. Les deux sociétés qui fabriquent les moquettes et revêtements de sols Tecsom sont en cessation de paiement depuis le mois de mars et accusent 1 million 600 000 euros de dette. La production est à l'arrêt depuis mi-avril. 

Faute d'offre de reprise, les 38 salariés n'ont plus l'espoir d'échapper aux licenciements. 

La liquidation étendue à une troisième société ?

Le tribunal de commerce de Paris qui s'est réuni ce mardi 4 juin, devra encore décider le 25 juin d'étendre ou non la liquidation judiciaire à une troisième société, l'ARS, l'unique donneur d'ordres qui commercialise les moquettes fabriquées par SAI et MSF sous la marque Tecsom.

Pour éviter une telle procédure qui conduirait à la liquidation judiciaire de l'ARS (22 salariés), l'ancien patron du fabricant de moquettes, Christophe Février, propose une transaction d'un million d'euros