Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Livia, son mari et ses deux enfants ne dorment plus dans la rue à Saint-Etienne

mercredi 5 décembre 2018 à 11:04 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire

Un centre d'hébergement hivernal a été ouvert ce mardi 4 décembre par la préfecture de la Loire à Saint-Etienne (Loire). La famille de Livia dormait jusque là sous une tente, elle a désormais droit à un toit.

Livia, son mari et ses deux enfants dormaient jusque là sous une tente à Saint-Etienne
Livia, son mari et ses deux enfants dormaient jusque là sous une tente à Saint-Etienne © Radio France - Mathilde Montagnon

Loire, France

La préfecture de la Loire a ouvert ce mardi le bâtiment "Les lauriers" situé au 69 rue Jean-Parot à Saint-Étienne dans le quartier Beaulieu-Montchovet. Plusieurs sans-abris vont ainsi pouvoir y être hébergés via le 115. C'est le cas de la famille roumaine de Livia qui dormait jusque là sous une tente au Puits Couriot et dont France Bleu Saint-Étienne Loire vous a récemment raconté l'histoire.

Cet ancien Ehpad remplace le gymnase de la Rivière situé le long de la RN88 qui était jusqu'alors réquisitionné par la préfecture pour l'hébergement d'urgence. Ce bâtiment "Les Lauriers" peut accueillir jusqu'à 93 personnes. Plusieurs familles y sont arrivées ce mardi soir.

Le collectif Agir Ensemble regrette que ce centre soit excentré du centre-ville et explique que l'école la plus proche, l'école Montchovet, n'a pas la capacité d'accueillir de nouveaux élèves. Le SNUIPP, le principal syndicat des enseignants du premier degré, assure que plusieurs enfants scolarisés à Saint-Etienne vivent dans la rue.