Économie – Social

Logement à Toulouse : trop cher pour les étudiants, selon l'Unef

Par Leila Mechaouri, France Bleu Toulouse et France Bleu lundi 21 août 2017 à 18:40

Selon l'Unef, seuls 7% des étudiants ont accès à un logement en cité universitaire.
Selon l'Unef, seuls 7% des étudiants ont accès à un logement en cité universitaire. © Radio France - Bénédicte Dupont

Une étude de l'Unef montre que les dépenses des étudiants vont augmenter de plus de 2% à la rentrée. En cause à Toulouse, la hausse du coût du logement.

L'Unef demande au gouvernement de se saisir de la question de la précarité étudiante. Selon une étude publiée dimanche, le coût de la vie pour les étudiants est en augmentation de plus de 2% cette année, soit trois fois l'inflation. En cause principalement au niveau national, l'augmentation du loyer et du transport.

A Toulouse, c'est le logement qui pose problème. Le loyer moyen dans le parc privé est de 450 euros : +0,55% par rapport à 2016. Or, toujours selon l'étude, très peu d'étudiants (7%) accèdent au logement en cité universitaire. A cela s'ajoute la baisse de l'APL - l'aide au logement - de 5 euros par mois à la rentrée. 49 000 étudiants en bénéficient en Haute-Garonne, 800 000 en France.

Il y a de plus en plus d'étudiants sans logement fixe

–Florian Jacquelin, Unef

"Les loyers augmentent mais les aides étudiantes diminuent. Payer 30 euros de loyer en plus et recevoir 5 euros d'aide en moins par mois, je connais beaucoup d'étudiants qui ne peuvent pas se le permettre, explique Florian Jacquelin, trésorier de l'Unef à Toulouse. Résultat, de plus en plus d'étudiants sont précaires et sans logement fixe. Ils dorment dans leur voiture, dans la rue, se font héberger à droite à gauche... "

Autre signe inquiétant pointé par le syndicat, la hausse à 46% du nombre d'étudiants obligés de travailler pour payer leurs études. "Intolérable", dénonce encore Florian Jacquelin, ajoutant que le salariat est l'une des principales causes d'échec à l'université : "Il serait impensable de demander à quelqu'un de cumuler deux emplois à temps plein non pas pour vivre mais survivre !"

Elargir et revaloriser l'accès au bourses

L'Unef revendique plusieurs mesures pour lutter contre la précarité étudiante : élargir l'accès au bourse et les revaloriser de 20 à 50%, lancer un nouveau plan de construction de logements CROUS, mettre en place l'encadrement des loyers dans les villes universitaires, exonérer les étudiants de la taxe d'habitation.

A noter cependant, Toulouse fait partie des villes de France où le coût du transport est le moins élevé : 100 euros l'abonnement à l'année.