Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Loi d'orientation des mobilités: pas grand chose pour l'Auvergne

lundi 26 novembre 2018 à 18:26 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Elisabeth Borne a présenté ce lundi sa Loi d'Orientation des Mobilités. Un catalogue de bonnes intentions mais pas vraiment grand chose pour les départements auvergnats.

Le projet de mise en concession autoroutière à 2x2 voies de la RCEA se poursuit
Le projet de mise en concession autoroutière à 2x2 voies de la RCEA se poursuit © Radio France - Emmanuel Moreau

Auvergne, France

La Loi d'Orientation des Mobilités était attendue au printemps dernier, mais retardée, notamment pour ne pas perturber la réforme ferroviaire. Sauf que cette fois, sa présentation survient au beau milieu du mouvement des gilets jaunes. Elisabeth Borne, la ministre des transports, espère leur apporter des réponses pour ce qu'elle appelle "les zones blanches de la mobilité" avec des solutions pour sortir de la dépendance au tout voiture. 

Ce projet de loi se résume en 15 mesures, dont certaines reprennent des propositions déjà connues, comme la réforme du permis de conduire, promise par Emmanuel Macron le 9 novembre dernier. Le gouvernement veut notamment apporter des solutions alternatives à la voiture individuelle sur tout le territoire. Cela passe notamment par le développement du covoiturage ou des déplacements en vélo. Un "forfait mobilités durables" de 400 €uros pourrait être versés aux salariés, même si cela reste au bon vouloir de l'employeur, en contrepartie d'exonération de charges.

Des confirmations, mais rien de neuf pour l'Auvergne

Les collectivités seraient impliquées, avec notamment la mise en place d'autorités organisatrices de la mobilité (qui pourraient être les intercommunalités) sur tout le territoire. La ministre des transports prend le Puy-de-Dôme en exemple, où le conseil départemental met en place un système de transport baptisé MobiPlus pour faciliter les déplacements des personnes âgées ou des demandeurs d’emploi. Les petits trajets du quotidien (taxi, réseau de bus) peuvent être réglés grâce à un chéquier de 25 chèques d’une valeur de 3 €uros.

Il est aussi question d'un plan de désenclavement routier. Des rumeurs ont annoncé des chantiers sur les routes du Cantal et de la Lozère, sans confirmation pour le moment par le ministère des Transports. Il y aurait également un bonus pour la rénovation du réseau ferroviaire, mais pendant ce temps, les gares du Cantal ferment. C'est déjà fait pour celle de Saint-Flour depuis le début du mois, cela devrait être le cas pour presque toutes les autres gares du département début décembre. 

Toujours côté ferroviaire, le gouvernement se contente de confirmer la rénovation des lignes Paris-Limoges-Toulouse et Paris-Clermont, mais ne donne toujours pas la priorité à l'une ou l'autre de ces lignes. Enfin autre confirmation, la mise à 2x2 voies concédée de la RCEA. Rien de neuf donc de ce côté.