Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

LGV et autoroutes : les chantiers retenus autour de Toulouse dans la loi d'Orientation des Mobilités

lundi 26 novembre 2018 à 15:30 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

On connaît désormais les grands chantiers retenus dans la loi d'Orientation des Mobilités, présentée ce matin en conseil des ministres. Pas de surprise dans les choix ni dans le calendrier. Voici ce qu'il faut retenir.

La LGV Bordeaux-Toulouse se fera par morceaux et selon un calendrier très étiré.
La LGV Bordeaux-Toulouse se fera par morceaux et selon un calendrier très étiré. © Radio France - Olivier Lebrun

Toulouse, France

Ce lundi matin Elisabeth Borne, la ministre des transports a donc présenté sa loi d'orientation des Mobilités. L’État prévoit d’investir 13,4 milliards d’euros dans les transports entre 2018 et 2022. Pour l'ouest de l'Occitanie, voici les grands chantiers à retenir : 

La LGV à petits pas

Comme annoncé depuis plusieurs mois la Ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse se fera d'abord par ses extrémités : priorité à l'aménagement des sorties de Bordeaux et Toulouse. Pour Toulouse cela veut dire des travaux entre Matabiau et Saint-Jory lancés dans le quinquennat, "d'ici 2022" selon le texte de loi. Puis viendra le temps de construire le tronçon Agen-Toulouse dont le financement n'est pas réglé puisque le projet de loi précise que le gouvernement cherche de l'argent avec les collectivités locales pour accélérer le calendrier. Un arbitrage qui n'a évidemment pas plu du côté du conseil régional d'Occitanie et de Toulouse métropole :

"(...) À ce signal positif s’oppose, malheureusement, un bémol majeur : la société dédiée de financement et les outils associés que nous avions proposés ne sont pas retenus dans ce projet de loi en l’état. Le risque est grand donc de voir la LGV repoussée dans les limites les plus défavorables du calendrier de réalisation, c’est-à-dire 2037… alors qu’elle nous est promise, tous gouvernements confondus, depuis 1991 ! Cela n’est pas acceptable. (...) Notre détermination et notre unité pour obtenir la LGV dans un calendrier raisonnable restent entières. D’ici la présentation du texte au Parlement en février, nous allons intensifier notre mobilisation pour que la voix de nos territoires et de leurs habitants soit enfin mieux entendue» Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole.

En revanche, pas de calendrier pour Montpellier-Perpignan en LGV.

Toujours sur les rails, Elisabeth Borne a retenu la rénovation de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT) avec l'achat de trains neufs "dans le quinquennat".

Sur la route : Toulouse-Castres

L'autoroute Toulouse-Castres s'appellera A69 et elle fait partie des quatre autoroutes à péage déjà déclarées d'utilité publique. Les 80 km qui séparent la capitale régionale de Castres seront ouverts en 2023.