Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loi Travail : les manifestants bloquent la gare de Pau

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre
Pau, France

Après un premier blocage ce jeudi au rond-point de Lacq, les manifestants anti loi Travail ont investi la gare de Pau

Les manifestants ont fait un "sitting" pacifique à la gare ce jeudi.
Les manifestants ont fait un "sitting" pacifique à la gare ce jeudi. © Radio France - Caroline Pomes

« Si le gouvernement se radicalise, on va se radicaliser nous aussi », s'égosillait Timothée Esprit, salarié de Toray, à Lacq, ce jeudi, 8ème jour de mobilisation contre la loi Travail. Le matin même il avait réussi, lui et ses collègues, à bloquer le rond-point de Lacq créant ainsi d'importants embouteillages.

Il faut que les gens comprennent qu'on n'est pas là pour les embêter. On est là pour que le travail ralentisse parce qu'il n'y a que ça qui pourrait faire reculer le gouvernement - Timothée, salarié CGT de l'entreprise Toray.

Vers midi ce jeudi, d'autres manifestants ont pris le relais. Cette fois-ci à la gare de Pau, où le cortège de 2 000 personnes (contre 1 200 la semaine dernière)  finissait sa course pour la première fois depuis le début des mobilisations contre la réforme du code du Travail. Une centaine d'entre eux ont réussi à contourner le cordon de policiers qui bloquaient l'entrée principale de la gare pour investir les voies. Ils sont restés une grosse demi-heure assis sur les rails.

« Le premier train n'arrive qu'à 16 heures donc on ne perturbe pas le trafic, regrette Nathan, un étudiant en histoire du syndicat Solidaires. Mais au moins on continue l'action menée ce matin à Lacq. Il faut bloquer l'économie du pays. C'est que comme ça que le gouvernement nous écoutera. »

La centaine de manifestants a finalement quitté la gare dans le calme vers 12H30 ce jeudi.

Reportage de Caroline Pomes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess