Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Loire-Atlantique : des solutions pour les loyers qui ne pourraient pas être payés

-
Par , France Bleu Loire Océan

Dans le secteur privé il existe des solutions pour les locataires qui ne pourraient pas payer leur loyer en raison des restrictions de travail imposées dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Dans le public, le bailleur social Nantes Métropole Habitat "fera l'accompagnement habituel".

Nantes vue du ciel (photo illustration).
Nantes vue du ciel (photo illustration). © Maxppp - Franck Dubray

Votre statut vous empêche peut-être de rentrer des revenus depuis que l'état a imposé des restrictions dans le cadre de la pandémie de coronavirus et vous n'êtes pas sûr de pouvoir payer le loyer à la fin du mois ? Pas d'affolement, il existe des solutions explique le président de la FNAIM 44, Jérôme de Champsavin. Son réseau compte 300 agences immobilières à travers le département de la Loire-Atlantique.

Les gens qui ne pourront pas payer leur loyer dans le cadre de la pandémie du coronavirus ont souscrit des assurances au moment de la signature du bail, ou alors ils ont des cautions solidaires

Jérôme de Champsavin explique attendre par ailleurs les mesures du gouvernement pour les profils de locataires fragiles.

Aux préoccupations des locataires, s'ajoutent celles des propriétaires qui pourraient voir disparaître leurs revenus locatifs. "Ce ne sont pas forcément des nantis" précise le président de la FNAIM 44 mais des propriétaires qui se sont constitué un patrimoine en souscrivant des prêts. Ceux-là, il les invite à se rapprocher de leur banque pour décaler ou suspendre leurs mensualités.

"Les impayés, ce n'est pas l'essentiel pour le moment"

Dans le secteur du HLM l'heure n'est pas encore à gérer des questions financières. A Nantes Métropole Habitat qui - avec plus de 25 000 logements - est l'un des plus gros bailleurs sociaux en France "une réunion pour la gestion financière est prévue en fin de semaine". Un responsable de cet organisme HLM affirme que :

On sait faire face habituellement à des impayés. Donc là coronavirus ou pas, on fera face. On est là pour loger les gens, pas les mettre en difficulté

Ce même interlocuteur explique que ensuite "la difficulté sera de faire le tri entre ceux qui ne payent pas car ils sont dans une situation délicate et ceux qui sont dans l'impossibilité de payer en raison du coronavirus". 

Face aux difficultés de paiement le bailleur social peut proposer d'échelonner les paiements, il peut aussi mettre en place un plan d'apurement.

Nantes Métropole Habitat affirme aussi qu'elle fera preuve de souplesse pour les baux commerciaux avec échelonnement ou décalage de paiement, conformément à ce que demande le gouvernement aux bailleurs sociaux.

Les premiers appels à paiement de loyer arriveront à partir du 23 mars.

La seule ville de Nantes compte 190 000 logements. 34% sont habités par des propriétaires, et 66% par des locataires. Les locations sont gérées pour une moitié par le domaine public et pour l'autre moitié par domaine privé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu