Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Loire-Atlantique : grosse inquiétude des bailleurs sociaux et des entreprises du BTP à cause de la baisse des APL

lundi 9 octobre 2017 à 3:00 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

Des constructions de logements sociaux comme des réhabilitations prévues l'an prochain devraient être gelées. C'est la conséquence de la décision de l'Etat de réduire les APL de façon drastique. Bailleurs sociaux et entreprises du BTP tirent la sonnette d'alarme.

La baisse des APL va entraîner des annulations de chantiers pour les bailleurs sociaux
La baisse des APL va entraîner des annulations de chantiers pour les bailleurs sociaux © Radio France - Anne Patinec

Loire-Atlantique, France

A Silène, l'office HLM de l'agglomération de Saint-Nazaire, les calculettes ont chauffé ces derniers jours. L' an prochain, le bailleur social va perdre plus de trois millions d'euros de recettes à cause de la baisse des APL (Aide Personnalisée au Logement). Une baisse qui dépasse les 50 euros mensuels par locataire. Les loyers ne devant pas augmenter, ce sont les offices HLM qui vont payer l'addition .

Pour Silène, ces trois millions d'euros correspondent à la somme qui est réinjectée chaque année dans de nouveaux projets. L'objectif annuel est de construire 250 logements neufs et d'en réhabiliter le même nombre. Certains projets pourraient carrément être annulés.

Des projets remis en cause

A Saint-Nazaire, plus de 20 000 personnes résident dans des logements sociaux, soit près de 30% de la population. "Tous les chantiers en cours sont poursuivis mais on réinterroge tous les projets de construction et de réhabilitation qui n'ont pas été engagés" explique Roger Décobert, le directeur général de Silène. Les trois offices HLM de Loire-Atlantique ont déjà décidé un moratoire d'un mois concernant les projets VEFA (vente d'un logement en l'état futur d'achèvement) relatifs aux logements neufs.

Inquiétude des entreprises du BTP

Si les bailleurs sociaux réduisent le nombre de marchés, les entreprises du bâtiment vont très vite en subir les conséquences en matière d'activité et donc d'emploi. Franck Dutertre, le PDG de MCO (150 salariés) une entreprise d'Orvault spécialisée dans la menuiserie et la charpente, réalise 35% de son chiffre d'affaires avec les bailleurs sociaux qui sont de gros rénovateurs. "C'est une décision brutale et unilatérale qui va forcément générer une baisse de notre activité. Ca va avoir forcément des incidences sur l'emploi car on n'a pas eu temps de se préparer" explique le chef d'entreprise.