Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire-Atlantique : une application pour signaler aux commerçants les cambriolages dans leur zone

-
Par , France Bleu Loire Océan

La gendarmerie de Loire-Atlantique et des confédérations de commerçants et artisans ont signé ce jeudi une convention pour mettre en place de nouvelles mesures de sécurité. Une application est notamment lancée pour signaler aux commerçants des cambriolages dans les alentours, afin qu'ils s'adaptent.

La gendarmerie de Loire-Atlantique sensibilise les commerçants à la nouvelle application Vigie.
La gendarmerie de Loire-Atlantique sensibilise les commerçants à la nouvelle application Vigie. © Radio France - Bastien Munch

"Bonjour, capitaine de Sainte-Luce !" C'est une visite de sûreté devenue habituelle pour Mickaël Huet, boulanger à Sainte-Luce-sur-Loire, à chaque fin d'année. La patrouille de gendarmes vient prodiguer les conseils classiques de sécurité à l'approche des fêtes, qui marquent chaque année une hausse des cambriolages. Mais les militaires ont cette fois une recommandation en plus : "Vous avez téléchargé Vigie ?"

Vigie, c'est une application lancée par la gendarmerie de Loire-Atlantique qui permet aux commerçants de signaler des cambriolages, ou de retrouver des informations sur des vols dans leur zone. Ce nouveau dispositif fait partie d'une convention sécurité signée jeudi 17 décembre par la gendarmerie de Loire-Atlantique et par l'Union des entreprises de proximité (U2P), la Confédération générale de l'alimentation en détail (CGAD 44) et la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb 44).

La gendarmerie de Loire-Atlantique et des confédérations de commerçants ont signé une nouvelle convention sécurité.
La gendarmerie de Loire-Atlantique et des confédérations de commerçants ont signé une nouvelle convention sécurité. © Radio France - Bastien Munch

Des détails sur le type de cambriolage

Cette application pour smartphone, Mickaël Huet la teste depuis le mois d'août. "Là par exemple, j'ai reçu une notification", montre-t-il, la tête baissée sur l'écran de son téléphone. "Et je vois un vol avec effraction d'un salon de coiffure, d'un magasin d'informatique aussi." 

Quand quelque chose est suspect pour un particulier, ça l'est encore plus pour un gendarme

"Les corps de métier sont classifiés", explique l'adjudant Despret, référent sûreté à la gendarmerie en Loire-Atlantique. "Comme ça, nous, quand on identifie une menace parce qu'il y a un nombre important de cambriolages dans un même secteur ou un même métier, on va envoyer une notification de mise en garde avec des préconisations. On va par exemple dire 'attention, en ce moment dans les boulangeries, il y a plus de cambriolages que d'habitude, c'est essentiellement dans le pays d'Ancenis'."

"On va ensuite donner des détails sur le mode opératoire du délinquant", continue l'adjudant. "S'il a cassé la vitrine, forcé la serrure, s'il est passé par le toit... On indique aussi le préjudice subi, si c'est pour voler la caisse ou plutôt des appareils multimédias. On leur rappelle aussi que quand quelque chose est suspect pour un particulier, ça l'est encore plus pour un gendarme."

Renouer avec les bases de la sécurité 

Ce genre de données intéresse beaucoup le boulanger Mickaël Huet, qui espère ainsi anticiper des tentatives de vols à l'avenir. "Ça nous permet d'être mis au courant, et pourquoi pas d'être plus attentif à ce qu'il se passe autour de la boulangerie", indique-t-il. "Avant de braquer une boulangerie, je pense que les cambrioleurs sont bien informés donc ça nous permet à nous d'être renseignés sur leurs techniques à eux."

On se relâche parce que ça n'arrive pas

L'application Vigie donne aussi des conseils aux commerçants pour sécuriser leur boutique. Des réflexes qu'ils avaient parfois tendance à oublier selon Jean-Yves Gautier, président de la CGAD 44. "On est tous au courant, mais bien évidemment on se relâche parce que ça n'arrive pas. Et puis un beau jour, c'est trop tard", regrette-t-il. "Si on avait fait attention jusqu'au bout, si on avait un système de lumières allumées, si on avait fait attention à fermer le magasin à deux, peut-être qu'on aurait écarté le risque."

Ce nouveau dispositif de sécurité pourrait aussi permettre de faciliter le travail des gendarmes. "Souvent, on nous dit 'j'ai vu un véhicule bizarre, mais je ne voulais pas vous déranger'. Mais en fait, vous ne nous dérangez jamais !", affirme l'adjudant Despret. "Je préfère prévenir que guérir. Mon objectif, ce n'est pas de constater l'infraction et d'attraper le voleur. Mon objectif, c'est que cela n'arrive pas." Surtout que ces tentatives d'effraction dans les commerces coûtent souvent encore plus cher que la marchandise volée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess