Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Loire : les salariés de Mim dans l'attente

lundi 27 mars 2017 à 16:26 Par Marion Aquilina, France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans la Loire, les 15 salariés de Mim attendent de savoir à quelle sauce ils seront mangés. Le tribunal de Bobigny doit rendre sa décision le mardi 28 mars 2017 sur l'avenir des magasins de prêt-à-porter féminin.

Deux salariées de la boutique Mim à Riorges dans la Loire
Deux salariées de la boutique Mim à Riorges dans la Loire © Radio France - Marion Aquilina

Riorges, France

Les 1500 salariés des magasins de prêt-à-porter Mim seront fixés ce mardi sur leur avenir. Le tribunal de Bobigny rend ce mardi à 14h sa décision sur d'éventuelles possibilités de reprise de l'entreprise ou sur une liquidation judiciaire.

15 salariés Mim dans la Loire suspendus à la décision des juges

Au total, cinq offres ont été déposées mais à ce stade d'avancement du dossier seules trois sont encore en lice dont celle de Clementy qui permettrait de sauver 1000 CDI et 230 boutiques sur les 250. Dans le département de la Loire, on compte trois magasins à Riorges, à Saint-Etienne et à La Ricamarie et 15 salariés ligériens sont donc dans l'attente du couperet qui va tomber.

Affiches dans la boutique Mim à Riorges - Radio France
Affiches dans la boutique Mim à Riorges © Radio France - Marion Aquilina

Cécile est la responsable-adjointe de la boutique Mim de Riorges. Elle est stressée, pour elle et ses collègues de la Loire : "Je suis inquiète parce que je ne sais pas à quelle sauce on va être mangé. Je pense à des femmes salariées chez Mim qui élèvent seules leurs enfants, ça va être difficile pour elles." Cécile raconte que les employées de Mim dans la Loire s'appellent très souvent pour ce remonter le moral.

Dans la boutique de Riorges, les lumières des vitrines seront éteintes ce mardi pour montrer que "c'est une forme de deuil" pour les employées. "On va dire au revoir à notre société, il y a très peu de chance d'être repris sous l'enseigne Mim, mais nous avons encore espoir !" sourit Nathalie, la responsable de la boutique Mim de Riorges. Elle travaille dans cette boutique depuis 16 ans, elle essaie de remonter le moral des troupes jusqu'au bout, jusqu'à mardi et la décision du tribunal de Bobigny.

Cécile, employée Mim dans la Loire

Nathalie, employée Mim dans la Loire