Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Loiret : un directeur d'hypermarché veut porter plainte après les blocages des gilets jaunes

-
Par , France Bleu Orléans

Après les blocages de routes et de magasins opérés par les gilets jaunes ces derniers jours, le directeur de l'Hyper U de Baule dans le Loiret assure vouloir porter plainte. Il déplore un important manque à gagner.

Ce lundi matin, une quinzaine de manifestants étaient toujours mobilisés devant l'Hyper U de Baule.
Ce lundi matin, une quinzaine de manifestants étaient toujours mobilisés devant l'Hyper U de Baule. © Radio France - Cyrille Ardaud

Baule, France

Les gilets jaunes ont été très nombreux à se mobiliser ce samedi dans le Loiret. Jusqu'à 4 300 répartis sur trente-cinq points de blocages, selon la préfecture. Ce dimanche, ils étaient 700 environ dans le département. Des manifestants mobilisés sur les routes mais aussi à proximité de magasins et de centre commerciaux. On peut citer, entre autres, Cap Saran, le Super U de Saint-Père-sur-Loire, le Leclerc de Tavers. Et forcément, ces filtrages ont eu des conséquences sur l'activité des commerces. Certains ont été contraints de fermer plus tôt que d'habitude.

Devant l'Hyper U de Baule, une quinzaine de manifestants est encore mobilisée ce lundi matin. Des feux sont allumés, les gilets jaunes distribuent cafés et biscuits, les véhicules sont filtrés. Mickaël est sur ce rond-point depuis trois jours : "On n'a rien lâché, et on n'a pas envie de lâcher pour le moment."

"On a perdu entre 90 et 95% de notre chiffre d'affaire"

Une scène que surveille Sébastien Riotte depuis son bureau, grâce à des caméras. Le directeur de l'Hyper U de Baule l'assure, les blocages de ce lundi sont sans commune mesure avec ceux de samedi : "Sur une journée normale on a 3 000 clients. Samedi on n'a que 200 clients qui sont entrés dans le magasin. On a perdu entre 90 et 95% de notre chiffre d'affaire. Et puis il y a tous les produits à date courte : la boucherie, la poissonnerie, la boulangerie, la pâtisserie... tout ça c'est parti à la poubelle. C'est une perte qui s'ajoute au chiffre d'affaire que l'on n'a pas fait." Il poursuit : "Ça a fait aussi du mal aux petits commerçants qui sont dans notre galerie, qui ont ouvert et qui n'ont pas vu un seul client."

Depuis son bureau, Sébastien Riotte surveille les blocages, grâce à des caméras. - Radio France
Depuis son bureau, Sébastien Riotte surveille les blocages, grâce à des caméras. © Radio France - Cyrille Ardaud

Avec les deux principaux accès au magasin qui étaient occupés par les gilets jaunes, il fallait s'armer de patience pour pouvoir faire ses courses. Les clients se sont finalement découragés. Face à leur absence, a direction de l'Hyper U a décidé de fermer deux heures plus tôt que d'habitude. Mais Sébastien Riotte a du mal à comprendre pourquoi il a été pris pour cible : "Pourquoi bloquer une entreprise privée ? On fait travailler des gens, on a 185 employés. Et depuis début novembre on propose le carburant a prix coûtant ! Ça a un coût pour nous et c'est notre façon d'aider ces personnes qui sont dans le besoin."

La direction veut porter plainte

Mais les gilets jaunes ne sont pas vraiment sensibles à ces arguments. Pour Mickaël : "Tant pis pour eux ! Ils sont comme nous, et ils pourraient faire quelque chose aussi. On est tous français, on est tous embêté. Tout le monde doit faire quelque chose."

Sébastien Riotte a l'intention de porter plainte contre ceux qui ont bloqué l'entrée de son Hyper U.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans

Choix de la station

France Bleu