Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

VIDÉO - Lubrizol : le préfet estime que les conditions de sécurité sont réunies pour une réouverture partielle

Au lendemain du vote positif du Coderst sur une réouverture partielle de l'usine Lubrizol de Rouen, le préfet de la Seine-Maritime, Pierre-André Durand, réaffirme que sa "seule boussole, c'est la sécurité". Il pourrait signer son arrêté d'ici la fin de la semaine.

Le préfet de la Seine-Maritime, Pierre-André Durand, dans les studios de France Bleu Normandie.
Le préfet de la Seine-Maritime, Pierre-André Durand, dans les studios de France Bleu Normandie. © Radio France - Thomas Schonheere

Rouen, France

Le préfet de la Seine-Maritime le dit sur France Bleu Normandie, ce mercredi : les conditions de sécurité sont, en l'espèce, "réunies" pour une reprise partielle des activités de l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime). Ce mardi, c'est le Coderst qui a donné son feu vert au redémarrage partiel de l'usine Seveso à vingt voix pour et quatre contre, mais à certaines conditions. 

Un arrêté en fin de semaine ou en début de semaine prochaine

"Nous avons souhaité premièrement une réduction drastique des quantités entreposées. Deuxièmement, un renforcement de tous les dispositifs de lutte anti-incendie, qui ont été travaillés par la DREAL et les pompiers. Il y a aussi un renforcement des bassins de rétention pour traiter d'éventuelles fuites et prendre en compte les eaux d’extinction", explique Pierre-André Durand.

Le préfet de la Seine-Maritime rappelle que seule "deux petites unités de mélange sans réaction chimique" seront rouvertes et "qu'il n'est pas question" de rouvrir la totalité du site. 

Le préfet signera son arrêté "avant la fin de la semaine" ou "en début de semaine prochaine". Pierre-André Durand attend, en effet, de présenter son avis devant le Comité pour la transparence et le dialogue de vendredi matin. Il attend également la réaction et les observations de l'exploitant de l'usine Lubrizol, qui doit accepter ces conditions. Une mission d'inspection doit aussi inspecter l'usine avant la signature de l'arrêté.

"Une seule boussole"

"J'ai une seule boussole, c'est la sécurité. Ce qui s'est passé le 26 septembre est inadmissible, ça a profondément marqué le territoire, ça n'aurait pas dû intervenir, et l'entreprise doit prendre ses responsabilités et devra en répondre", insiste le préfet.   

"Il faut arriver à restaurer la confiance" de la population envers l'entreprise, ajoute-t-il. "C'est la raison pour laquelle une commission locale de suivi de site va se réunir sur place" et pour laquelle "l'entreprise Lubrizol a annoncé qu'elle allait multiplier les portes ouvertes aux citoyens pour justement rendre transparente toutes ses activités", selon Pierre-André Durand qui note un "changement d'esprit".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu