Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol : un an après, la solitude des agriculteurs

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Ils sont plus de 3000 agriculteurs dans 120 communes de Seine-Maritime à avoir subi les conséquences de l'incendie de Lubrizol. Des retombées du nuage dans les champs, une production à jeter pendant trois semaines. Un an après, le traumatisme est toujours très présent.

Victime de l’incendie de Lubrizol, Valérie se sent abandonnée
Victime de l’incendie de Lubrizol, Valérie se sent abandonnée © Radio France - Coralie Moreau

Ils sont plus de 3000 agriculteurs de Seine-Maritime à avoir été touchés par le gigantesque nuage de l'incendie de Lubrizol. Un an après, certains sont toujours traumatisés et parlent de leurs sentiments profonds de solitude et d'abandon.

Un an après un profond sentiment de solitude et un grand désespoir

Valérie est agricultrice dans le pays de Bray. Haute stature, allure décidée, regard droit, elle dégage une grande force et, pourtant, à l'évocation de l'incendie du 26 septembre 2019, sa voix se brise et elle fond en larmes.

Ca nous est tombé dessus et on est traumatisé..."

Le coup a été rude pour le couple et les images sont gravées dans sa mémoire : l'odeur insupportable, les chevaux qui s'affolent et respirent mal, et le mari de Valérie contraint de jeter tout le lait frais des vaches. Pendant trois semaines, toute la production a dû être jetée plongeant les comptes un peu plus dans le rouge.

Face aux conséquences économiques de l'incendie, Lubrizol Monde propose alors de créer des d'aide d'urgence. 2000 dossiers sont déposés dont 1300 par des agriculteurs. Pour son lait de vache, le mari de Valérie touche 6000 euros, à peu près ce qu'il demandait mais Valérie, elle, ne touche que 800 euros pour son lait d'ânesse qui devait être transformé en savon pour une perte estimée de 7000 euros.

"Cette indemnisation, c'est du foutage de gueule", s'indigne l'agricultrice. En contrepartie, elle a signé des documents lui imposant de ne pas communiquer sur son dossier et lui interdisant de se retourner contre Lubrizol. Quand elle en parle, la colère est toujours là mais elle estime ne pas avoir eu le choix : "on est des petits paysans, on n'a pas de trésorerie, on ne sait pas de quoi demain sera fait donc on peut pas dire non, on prend."

On leur a acheté leur silence"

Beaucoup disent leur détresse sur les réseaux sociaux mais peu d'agriculteurs touchés par la catastrophe de Lubrizol acceptent de témoigner. A en croire Christophe Holleville de l'Union des victimes de Lubrizol, c'est la peur qui les musèle. Il dénonce l'opacité autour des contrats signés avec Lubrizol pour l'obtention de l'aide et le silence de l'entreprise quant au montant de l'enveloppe débloquée pour ces fonds.

De son côté la direction de Lubrizol met en avant le fait qu'elle n'avait aucune obligation de verser des aides et que le dispositif avec ses clauses a été signé en préfecture en présence du premier ministre de l'époque Edouard Philippe. 

La solitude des agriculteurs victimes de l'incendie de Lubrizol

Choix de la station

À venir dansDanssecondess