Économie – Social

Ludres : l'entreprise Schweitzer se lance dans le sac en plastique bio

Par Justine Dincher, France Bleu Sud Lorraine mercredi 26 octobre 2016 à 14:45

Les lignes de production pour les sacs poubelle "traditionnels".
Les lignes de production pour les sacs poubelle "traditionnels". © Radio France - Justine Dincher

Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, vient inaugurer deux lignes de production de sacs en bioplastique, au sein de l'entreprise Schweitzer en Meurthe-et-Moselle. Ces produits sont fabriqués à partir d'amidon de pomme-de-terre.

Ségolène Royal passe la journée en Lorraine ! La Ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, est attendue jeudi après-midi, à 15 heures, dans les Vosges, à Charmes, pour l'inauguration d'un centre de recherche et de développement de l'entreprise Trane, qui développe des climatiseurs à faible émission. Avant, en fin de matinée, à 11 heures, elle visitera l'entreprise Schweitzer, à Ludres près de Nancy.

2 milliards de sacs chaque année

Schweitzer produit des sacs "congélation" et des sacs "poubelle" pour la grande distribution (Carrefour, Auchan, Super U, etc.), les municipalités, les restaurants collectifs, ou encore les hôpitaux.

L'entreprise meurthe-et-mosellane, fondée en 1937, rachetée par le groupe Sphere en 2000, fabrique 2 milliards de sacs chaque année. Elle emploie 181 salariés. Schweitzer se développe encore : elle se lance désormais dans le bio, d'où la visite de Ségolène Royal.

La matière première est chauffée et soufflée dans une de ses machines. - Radio France
La matière première est chauffée et soufflée dans une de ses machines. © Radio France - Justine Dincher

Des sacs à base de pomme-de-terre

La Ministre vient inaugurer deux nouvelles lignes de production de sacs en bioplastique, produits à base d'amidon de pomme-de-terre. "C'est de la pomme-de-terre à cochon, non consommable, bourrée d'amidon", explique Louis Lebon, directeur général de l'entreprise.

REPORTAGE | Ces lignes de production, "c'est la huitième merveille du Monde pour l'entreprise".

Sans plastifiant, sans OGM, bio-compostable et dégradable

Cette matière première, qui se présente sous forme de granulés importés d'une usine allemande du groupe Sphere, est sans plastifiant, sans OGM, sans odeur, bio-compostable et dégradable. Elle répond à toutes les normes françaises et européennes.

A gauche, des granulés d'amidon de pomme-de-terre qui servent à fabriquer les sacs bio. A droite, la matière première pour les sacs en plastique "traditionnels". - Radio France
A gauche, des granulés d'amidon de pomme-de-terre qui servent à fabriquer les sacs bio. A droite, la matière première pour les sacs en plastique "traditionnels". © Radio France - Justine Dincher

En ce qui concerne la qualité, "c'est pareil, voire mieux que les sacs en plastique traditionnel", d'après Louis Lebon. "Vous les retrouverez chez tous vos commerçants (boulanger, charcutier, boucher, primeur, etc.)", annonce Marielle Cayon, directrice de la communication du groupe Sphere, "c'est un marché porteur parce que c'est le sens de l'Histoire ! La Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte prévoit l'obligation d'utiliser des sacs compostables à partir du 1er janvier 2017".

Objectif : 1 milliard de sacs en bioplastique l'an prochain

Ces sachets de couleur "blanc-transparent", satinés et pas brillants, vont représenter entre 10 et 15% de la production totale. L'entreprise Schweitzer envisage de produire 1 milliard de sacs en amidon de pomme-de-terre l'an prochain. 1.440 sacs sortiront chaque minute, par ligne de production.

Schweitzer produit des sacs poubelle de toutes sortes. - Radio France
Schweitzer produit des sacs poubelle de toutes sortes. © Radio France - Justine Dincher

Au moins 12 embauches à Ludres

Dans un premier temps, 12 salariés vont être embauchés pour les besoins de ces nouvelles lignes de production. Les effectifs seront ensuite renforcés par 6 à 8 nouvelles embauches.

Schweitzer a réalisé un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros en 2015. Le groupe "Sphere", propriétaire de Schweitzer, a investi "plusieurs millions d'euros" pour ces nouvelles installations.

Partager sur :