Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Luxfer : l'inspection du travail annule le licenciement des délégués du personnel sur le site de Gerzat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

C'est une victoire pour les salariés de l'entreprise Luxfer. L'inspection du travail vient d'annuler le licenciement des délégués du personnel car elle ne reconnaît pas le motif économique. Une décision qui ouvre de nouveaux recours pour l'ensemble des employés. En attendant un éventuel repreneur.

Les salariés réunis devant le site de l'entreprise à Gerzat
Les salariés réunis devant le site de l'entreprise à Gerzat © Radio France - Jean-Pierre Morel

Gerzat, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Devant les locaux de l’entreprise, près de cinquante salariés sont réunis autour de leur conseil, Maître Jean-Louis Borie. "L'élément fondamental, c'est que l'inspection du travail a refusé d'autoriser le licenciement des délégués du personnel" explique l'avocat, "l'inspection du travail dit ce que nous on dit depuis le début, à savoir qu'il n'y a pas de motif économique, que la compétitivité de Luxfer n'est pas menacée, que la rentabilité du site est excellente, et que le motif économique n'existe pas".

Une décision utile pour les autres salariés qui vont attaquer aux prud'hommes... Jean-Louis Borie, avocat des salariés de Luxfer à Gerzat

Sur le site de Gerzat, l'entreprise Luxfer, spécialisée dans la fabrication de bouteilles de gaz, employait 136 salariés. "On n'est pas surpris par cette décision" ajoute Frédéric Vigier, délégué CFDT. "Mes collègues qui ont été licenciés il y a trois mois sont très amers car ils ont été licenciés sans cause réelle et sérieuse, avec un motif totalement infondé, donc c'est un énorme gâchis, mais on ne baisse pas les bras, et on ne lâchera rien".

Le site s'étend sur 4,5 hectares à Gerzat - Radio France
Le site s'étend sur 4,5 hectares à Gerzat © Radio France - Jean-Pierre Morel

En attendant, les délégués du personnels ont été reçu le 30 juillet au ministère de l'économie et des finances. Concernant un éventuel repreneur, le groupe chinois Jinjiang, qui s'était manifesté, est en difficulté, deux autres groupes industriels ont été approchés explique Axel Peronczyk, délégué CGT, "si ça n'avance pas, nous les salariés, on va peut-être s'en charger de cette reprise, nos collègues ont été jetés comme des chiens, mais ils ont arrêté les machines proprement, on est tous très attaché à notre métier, notre savoir faire, et s'il faut repartir, ça peut repartir". Mais chez les salariés, un certain abattement semble poindre. "J'ai fais 28 ans ici" confie l'un d'entre eux, "c'est difficile de se projeter ailleurs, je n'ai pas fais mon deuil, mais il faudra bien se jeter dans la fosse aux lions pour retrouver du boulot" conclu, fataliste Frédéric qui n'a connu que cette entreprise depuis qu'il est en âge de travailler.

Choix de la station

France Bleu