Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Luxfer: les salariés se retrouvent face à la direction dans un climat tendu

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les salariés de Luxfer se sont retrouvés devant leur entreprise aujourd'hui à Gerzat, alors que les relations sont tendues avec le directeur du site. Une rencontre organisée par le maire de Gerzat a permis d'apaiser la situation.

Le rassemblement de ce vendredi
Le rassemblement de ce vendredi © Radio France - Emmanuel Moreau

Gerzat, France

Ils ont ressorti palettes et pneus pour allumer un feu devant l'entrée de l'usine. Ils n'y viennent plus depuis leur licenciement. Des automobilistes klaxonnent en passant pour les soutenir. Pour le moment, 10% des 136 salariés de Luxfer ont retrouvé un emploi. La grande majorité des autres salariés sont en reclassement, dans des formations ou des dispositifs prévus par le plan de sauvegarde de l'emploi.

C'est d'ailleurs un des points de tension. Les représentants du personnel dénoncent une mauvaise volonté de la direction. Ils prennent pour exemple des formations qui ne sont pas payées ou avec un délai tardif, des frais de déplacement pas remboursés ou bien des conventions de stage signées avec des semaines de retard. Ils ont également en travers de la gorge deux tentatives de démantèlement de machines, bloquées par l'inspection du travail et le CHSCT

Un projet de reprise en coopérative

Les 10 représentants du personnel, dont le licenciement a été invalidé par l'inspection du travail, ont toujours le droit d'accéder à l'entreprise, dont ils sont toujours salariés. Ils passent une bonne partie de leur temps à aider leurs anciens collègues dans leurs démarches. Mais depuis quelques jours, le directeur du site interdisait l'entrée des anciens salariés. Deux tables et des chaises ont donc été installées dans le sas d'entrée, à l'abri mais dans les courants d'air, pour permettre ces rendez-vous.

Devant cette situation bloquée, le maire de Gerzat a joué les médiateurs. Jean Albisetti a négocié une rencontre avec une délégation, qui a duré une cinquantaine de minutes. Avec un certain succès puisque par exemple, les salariés licenciés pourront bien rentrer dans l'usine, à condition que leur nom soit communiqué 24 heures à l'avance. D'autres points de friction ont également pu être levés. Les représentants du personnel ont promis d'être vigilants pour vérifier que ces dispositions seront bien appliquées.

La bataille suivante est celle de la reprise. Le projet avec les chinois n'a pas pu se faire. Un nouveau projet de scop mené par les salariés est bien avancé. Il pourrait permettre de recréer 35 emplois sur le site et même 55 emplois à plus long terme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu