Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Macron au pied des hauts-fourneaux de Pont-à-Mousson : pas de tuyau miracle

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a passé la journée de mardi à Pont-à-Mousson : visite du site Saint-Gobain, confrontation avec les représentants syndicaux, mais pas de solution pour les salariés menacés de plusieurs semaines de chômage partiel.

Emmanuel Macron a rencontré salariés et syndicats remontés à Pont-à-Mousson
Emmanuel Macron a rencontré salariés et syndicats remontés à Pont-à-Mousson © Radio France - Anne-Charlotte Costabadie

Emmanuel Macron était attendu de pied ferme au site Saint-Gobain de Pont-à-Mousson ce mardi. Une centaine de salariés et de représentants syndicaux étaient dès 8 heures du matin au portail de l'entrée principale. Objectif : se faire remarquer pendant la visite organisée dans l'entreprise qui produit entre autres plaques d’égouts et tuyaux en fonte.

Publicité
Logo France Bleu

Dans les prochains mois, 1.200 salariés doivent subir de trois à six semaines de chômage partiel, faute de commandes. Leur revendication : que ces périodes de chômage partiel, à commencer par celle du 2 au 18 mai, soient payées en intégralité et non pas à 70% du brut comme cela est le cas actuellement.

"De 200-250 euros (de perte) sur les 15 jours qui arrivent, pour les salaires en bas, c'est énorme",  a déploré Gilles, ouvrier à Pont-à-Mousson depuis près de 35 ans. "C'est l'Etat qui paye les 70% du brut, donc c'est une entreprise qui a les moyens de payer le restant", a-t-il ajouté.

"L'avenir est incertain, des licenciements économiques, j'en ai subi plusieurs", a expliqué Sébastien. Embauché il y a six mois, il n'a pas hésité à se lever plus tôt avant son service pour défendre son salaire.

Un moment de rencontre sous tension

Après la visite du site avec la direction, Emmanuel Macron a rencontré quelques minutes les manifestants, plutôt remontés, qui scandaient "Macron, du pognon !" ou encore "Démission !"

Interpellé d'abord sur sa politique économique jugée trop libérale, le ministre a réagi ensuite sur les revendications des salariés. "Vous êtes sur un débat sur la compensation, je félicite déjà les salariés et leurs représentants d'être dans le dialogue", a déclaré le ministre.

"Ils ont des marges de manœuvre" - Emmanuel Macron, ministre de l'Industrie, à propos de Saint-Gobain

"Il faut qu'il y ait des compensations de salaire", a assuré celui qui vient de lancer son mouvement politique "En marche" .  Il a toutefois concédé que le groupe Saint-Gobain s'était ici juste "mis au plancher légal."

Mais pas question d'intervenir directement pour Emmanuel Macron: "Vous êtes sur un grand groupe, ils ont des marges de manœuvre en terme de formation, etc. C'est pas à moi de leur faire la leçon devant vous ça serait trop facile. Je ne vais pas me substituer à eux, ce n'est pas l'Etat qui doit faire des promesses."

Qu'en est-il de sa responsabilité ? "Il y a deux choses à faire pour répondre stratégiquement au problème. Un, relancer l'investissement européen. Et la deuxième chose, c'est la sidérurgie et le dumping chinois", a rappelé le ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, qui souhaite lutter contre "ceux qui ne jouent pas le jeu" sur le marché de l'acier.

Un engagement qu'il a souhaité rappeler à la salle des fêtes de Pont-à-Mousson. Il y présidait la réunion du Comité stratégique de filière "Industries extractives et de première transformation." Une autre rencontre a été organisée dans la foulée avec le syndicat CGT et le ministre. A défaut de solutions immédiates, le leader syndical du site, Julien Hézard, a au moins estimé "qu'ils avaient été entendus".

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu