Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

« Macron est venu à WN au moment de la fête, il faut qu’il revienne quand c’est la gueule de bois » pour François Ruffin

-
Par , France Bleu Picardie

L'entreprise WN a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de Commerce d'Amiens. Une réunion a lieu ce mardi à Amiens pour évoquer l'avenir de l'entreprise. Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie y participe. Tout comme le député François Ruffin.

François Ruffin, le député France Insoumise de la Somme, dans les studios de France Bleu Picardie
François Ruffin, le député France Insoumise de la Somme, dans les studios de France Bleu Picardie © Radio France - Hajera Mohammad

L’entreprise WN, qui a repris les locaux et une partie des salariés de l’ex-usine Whirlpool d’Amiens il y a un an, est confrontée à des problèmes de trésorerie. Le tribunal de commerce d'Amiens l’a placée en redressement judiciaire le 3 juin 2019 avec une période d'observation de six mois. François Ruffin, qui participe à une réunion sur le sujet organisée par la préfecture de la Somme, était l’invité de France Bleu Picardie ce matin. 

François Ruffin fustige l’attitude du gouvernement dans ce dossier : _« On a donné des millions à Mr Decayeux et on lui a dit ‘débrouillez-vous avec ça’_. Il n’y a eu aucun suivi. Il y a des milliers de salariés et de technocrates au ministère de l’économie et ils n’en envoient pas un, une fois par mois, pour voir avec Mr Decayeux comment vont les affaires ? Je ne dis pas que le patron est de mauvaise foi, mail il y a besoin d’un accompagnement, notamment pour voir s’il y a un marché en face."  

François Ruffin est convaincu que la situation de WN aurait pu être prise en compte beaucoup plus tôt : "Il y a six mois, nous avons sonné l’alerte sur la situation de cette entreprise en voyant un courrier à la Ministre du travail, à Emmanuel Macron et à la préfecture de la Somme. Nous n’avons eu aucune réponse. Quand la nouvelle préfète est arrivée dans la Somme, c’est le premier dossier que nous lui avons mis dans les mains. Il faut admettre qu’elle a pris ses responsabilités puisque dans la foulée, elle est allée voir l’entreprise WN et elle a commandé un audit qui s’est révélé catastrophique pour l’entreprise. Enfin, quelqu’un a pris nos alertes au sérieux." 

Le député "La France Insoumise appelle à une diversification des activités du site : _"_Je pense qu’il faut avoir deux plans pour WN : un plan pour que l'entreprise perdure, même si je ne suis pas sûr qu’on réussisse à passer de 0 à 160 salariés d’un coup quand bien même les casiers réfrigérés trouveraient leur clientèle. Mais il faut que Monsieur Macron, qui était venu au moment de la fête revienne quand c’est la gueule de bois et qu’il dise aux salariés ce qu’il prévoit pour eux. Et quel est l’avenir de ce site industriel ? Et au-delà-même de Monsieur Decayeux : quelles autres activités sont prévues sur le site ? L’Etat a failli car il n’a pas suivi le dossier. De mon côté, en tant que député, s’il y a des repreneurs intéressés pour monter d’autres activités sur ce site, je les rencontrerai. Le site est assez vaste pour accueillie d’autres activités. Je ne dis pas que Decayeux, c’est fini. Mais je dis qu’il faut avoir deux fers au feu. Un fer où on peut espérer que les diverses activités promises par Decayeux aboutissent, et je le souhaite. Mais il faut un deuxième fer, au cas où ça n’aboutirait pas : il faut préparer une montée en puissance d’autres produits."  

L’interview de François Ruffin est à réécouter ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess