Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Magyar : les syndicats convoqués en référé pour occupation d'usine à Arc-les-Gray

-
Par , France Bleu Besançon

Le dialogue social chez Magyar se passe devant le tribunal. La direction a lancé un référé contre les syndicalistes. CGT et CFDT acceptent de lever le blocage du site d'Arc-les-Gray pour obtenir une réunion lundi à 10 heures sur les négociations salariales. D'ici là la grève se poursuit.

Piquet de grève devant le site de l'entreprise à Arc-lès-Gray (Haute-Saône), le 24 mars 2021.
Piquet de grève devant le site de l'entreprise à Arc-lès-Gray (Haute-Saône), le 24 mars 2021. © Radio France - Jean-François Fernandez

Le blocage de l'entreprise Magyar d'Arc-les-Gray est levé. Une décision prise à l'audience ce jeudi après-midi au tribunal de Vesoul.

Dans la matinée, un huissier avait remis aux responsables syndicaux une convocation pour un référé en raison de ce blocage du site.

Face au manque de dialogue avec la direction sur les négociations annuelles d'augmentation de salaires, il y a tout d'abord eu un appel à la grève lundi, puis le blocage du site à partir de mardi.

Il aura fallu que la justice intervienne pour que la direction accepte enfin de revoir les représentants du personnel.

CGT et CFDT convoqués en référé pour occupation d'usine.
CGT et CFDT convoqués en référé pour occupation d'usine. © Radio France - Sur la droite : Sébastien Darbelet CFDT et Jérôme Da Sylva CGT

A la sortie de l'audience de référé, les syndicalistes expliquent avoir obtenu une première victoire avec ce rendez-vous qui va enfin pouvoir leur permettre de discuteur avec la direction.

Les avocats de la direction ont expliqué que avec ce blocage total de la production chaque jour l'entreprise perd 200.000 Euros, des pertes bien plus importantes que ce que représentent les augmentations de salaires demandées par les syndicats.

La demande de pénalité de 1.000 Euros par jour de blocage et par syndicaliste demandé par la direction n'a pas été retenue par le tribunal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess