Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mai-68

"Ils racontent mai 68 en Mayenne" | Épisode 3 - Paroles de gaulliste

mercredi 2 mai 2018 à 2:03 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Suite de notre série de reportages sur le mouvement de mai 1968 en Mayenne. France Bleu Mayenne a rencontré Alain Gueguen, un militant gaulliste qui comprenait à l'époque les besoins de changements dans la société française.

Une manifestation de gaullistes à Laval en mai 1968
Une manifestation de gaullistes à Laval en mai 1968 © Radio France - Photographe : monsieur de Villentroy / Collection Jacques Perrin

Laval, France

En Mai 1968, Alain Gueguen a 22 ans et vit dans la caserne militaire du quartier Ferrié à Laval. L'homme termine son service national et s'apprête à devenir travailleur social. Dans la caserne, il écoute peu la radio, lit un peu les journaux et se souvient d'une ville coupée en deux. La bourgeoisie d'un côté, la pauvreté de l'autre. "À l'époque dans Laval, il y avaient encore beaucoup de braquements issus de la dernière guerre. Des gens très pauvres et des réfugiés vivaient-là. Dans ces baraquements, à côté de la salle polyvalente et près de la bibliothèque, il y avait des rats" se souvient Alain Gueguen.

Gauchistes contre Gaullistes dans Laval

Le jeune homme qu'il est alors, comprend bien les aspirations sociales de la classe ouvrière mayennaise et des moins fortunés. La contestation n'est pas aussi forte qu'à Paris au départ. Les premières manifestations commencent le 8 mai. Alain Gueguen observe, mais n'y participe pas. Il ne se retrouve pas dans les modes de protestation, combat la mainmise du Parti Communiste Français et de certains syndicats comme la CGT sur le mouvement. Alain Gueguen croit encore en Charles De Gaulle, le Président de la République, et adhère très vite à l'Union des Jeunes pour le Progrès. Le soir, ce jeune homme colle donc des affiches dans Laval. "On collait sur les affiches des autres collègues gauchistes et du Parti Communiste. On se rencontrait peu à ce moment-là. On s'évitait même. Nous disions chacun des choses sur les autres en pensant qu'ils pouvaient être violents. Mais en fait, on a fini par dialoguer paisiblement. C'était vraiment un débat d'idées et c'est cela que j'aimais en 1968" raconte l'homme à la longue barbe. 

"C'était vraiment un débat d'idées et c'est cela que j'aimais en 1968"

Alain Gueguen est monté une seule fois à Paris : le 30 mai 1968, pour participer à la manifestation de soutien au Président Charles de Gaulle, souhaité par ce dernier après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale et de la confirmation de Georges Pompidou au poste de Premier ministre de la France. 

Alain Gueguen, militant gaulliste de la Mayenne - Radio France
Alain Gueguen, militant gaulliste de la Mayenne © Radio France - Martin Cotta

"On avait besoin d'air, de liberté"

Une manifestation de soutien à Charles de Gaulle à Laval en mai 1968 - Radio France
Une manifestation de soutien à Charles de Gaulle à Laval en mai 1968 © Radio France - Photographe : monsieur de Villentroy / Collection Jacques Perrin