Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Makeen Energy : le syndicat FO entre soulagement et inquiétude

-
Par , France Bleu Berry

La semaine dernière, les salariés ont appris que leur entreprise, spécialisée dans l'embouteillage de gaz liquide, n'était plus en redressement judiciaire et que l'ancienne direction reprenait les rênes. Mais FO craint que la confiance ne soit rompue.

L'entreprise Makeen Energy emploie 78 personnes à Buzançais
L'entreprise Makeen Energy emploie 78 personnes à Buzançais © Radio France - Gaëlle Fontenit

Certes, la fin du redressement judiciaire est une bonne nouvelle, un soulagement même pour les 78 salariés de Makeen Energy à Buzançais. Mais les péripéties de ces neuf derniers mois sont encore dans toutes les têtes, assure Stéphane Robin, délégué FO, et la confiance est mise à mal. 

Jeudi 18 février, les salariés ont appris que la direction danoise de cette entreprise spécialisée dans l'embouteillage de gaz liquide reprenait les commandes. Cette même direction qui avait envisagé un plan social il y a quelques mois. "C'est comme dans un couple quand on vous a trompé, vous perdez confiance en l'autre" compare Stéphane Robin qui en est certain, pour que l'entreprise reparte sur de bonnes bases, il va falloir "un gros travail à faire de la part du nouveau directeur de site". 

Pourtant, la nouvelle direction affiche des projets, "il y a un maintien d'activité de la part de la maison mère, garantissant un chiffre d'affaires sur trois ans. Et en même temps, notre directeur de site veut qu'on aille se développer sur de nouveaux marchés". Une solution qui inquiète un peu le délégué syndical FO : "quand on a un savoir faire depuis 25 ans sur un domaine de niche, il parait délicat de s'attaquer à des domaines dans lesquels nous ne serons pas forcément des conquérants puisque nous arriverons dans un marché conquis". En attendant d'en savoir plus, Stéphane Robin affiche donc une grande prudence qui ressemble un peu, au regard du passif, à de la défiance. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess