Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Malgré le Covid, le tourisme en Occitanie s'en sort bien

En Occitanie cet été, les visiteurs français ont presque compensé l'absence des étrangers. Pour une majorité de professionnels, le mois d'août 2020 a été aussi bon, voire meilleur, qu’août 2019. Le Massif Central et les Pyrénées tirent leur épingle du jeu.

Le cirque de Gavarnie (Hautes-Pyrénées) : un haut-lieu touristique de la région.
Le cirque de Gavarnie (Hautes-Pyrénées) : un haut-lieu touristique de la région. © Radio France - Mathieu Ferri

Le comité régional du tourisme en Occitanie a présenté son bilan estival ce mercredi. Une tendance forte : la campagne a été fortement plébiscitée, le Massif Central en tête, l'Aveyron et la Lozère. Les Pyrénées auront connu également une bonne saison. À l'inverse, pour le littoral et le tourisme urbain, Toulouse particulièrement, c'est un été à oublier.

La campagne et la montagne au top, et août meilleur que juillet

Dans le détail, les professionnels ont été surpris par le mois d'août, car en juillet l'ambiance est restée morose sauf pour le Massif Central (+15% par rapport à juillet 2019). Les Pyrénées n'ont pas eu le Tour de France, et ça s'est senti (-9%), le littoral a pris l'eau (-14%) et la fréquentation dans la métropole toulousaine s'est écroulée (-25%). Idem à Montpellier, pour le tourisme de ville, avec une chute de 12%.

En août, les voyants sont au vert presque partout sauf au bord de la mer Méditerranée (- 6%), à Toulouse (-10%), et à Montpellier (-3%). Les chiffres sont en revanche meilleurs que l'an passé pour les autres territoires : Aveyron et Lozère (+10%), la campagne occitane (+8%) et les Pyrénées (+4%).

Plus de vacances au sein même de la région

Vincent Garel, le président du Comité Régional du Tourisme, refuse cependant de voir dans ces bons chiffres régionaux un effet d'aubaine, avec la crise sanitaire, et des Français qui n'ont pas osé partir loin : "si les clusters avaient été en Occitanie, les résultats n'auraient pas été ceux-là".

"On a touché de nouvelles clientèles cet été. Maintenant, il faut fidéliser."

L'élu sait cependant que l'Occitanie a attiré des vacanciers qui ne seraient pas venus autrement : "on a touché de nouvelles clientèles cet été. Maintenant, il faut fidéliser". Vincent Garel note aussi que cet été, outre les Français venus d'autres régions, beaucoup d'Occitans ont aussi choisi de rester dans leur région, mais en partant dans un autre département. Il donne l'exemple de la Montagne Noire (à la limite du Tarn et de l'Aude), où il est passé cet été : "beaucoup de professionnels m'ont dit qu'ils avaient vu des Haut-Garonnais, qu'ils ne voyaient pas d'habitude".

Profiter de Toussaint pour sauver définitivement la saison

L'objectif pour les professionnels du tourisme est désormais de profiter de l'arrière saison, surtout si l'été indien est là, côté météo. "L'enjeu, c'est de compenser l'absence de réservation des deux mois de confinement, et le début de saison poussif en juin et juillet", explique Stéphanie Nedelec, représentante des Gîtes de France en Occitanie. 

Les Gîtes de France espèrent ainsi que les vacances de Toussaint seront celles que les Français n'ont pas pu avoir à Pâques, avec le confinement. Pour les séjours annulés à Pâques, "on a conseillé un report sur la Toussaint", explique Stéphanie Nedelec "donc déjà, on a ce stock de réservations qui vont se dérouler car les conditions sanitaires le permettent". Les Gîtes de France vont aussi lancer une campagne de communication pour inciter les Français à partir en gîte pendant les vacances de fin octobre : "c'est ça qui fera que la saison est correcte ou pas. Parce que là, on n'est pas encore sur une saison acceptable".

Sauver la saison, l'enjeu est de poids pour l'économie de toute la région. Sachant que juillet et août représentent 35% de l'activité annuelle du tourisme en Occitanie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess