Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Malgré les menaces, ce gilet jaune nantais ira bien rencontrer le Premier ministre

lundi 3 décembre 2018 à 15:02 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Le Nantais David Tan fait partie des "gilets jaunes constructifs" qui ont signé une tribune dans le JDD et se disent prêts à rencontrer le Premier ministre. Il ira bien à Paris ce mardi à l'invitation d'Édouard Philippe, même s'il dit recevoir des menaces depuis cette annonce.

David Tan, gilet jaune nantais
David Tan, gilet jaune nantais © Radio France - Mélodie Viallet

Nantes, France

"Oui j'irai à Matignon". David Tan était invité en direct ce lundi dans le journal de 13 heures de France Inter. "J'ai le courage d'y aller", explique ce Nantais de 42 ans, qui dit avoir "reçu plein de menaces" sur les réseaux sociaux (Facebook principalement) depuis qu'il a signé une tribune avec les "Gilets jaunes libres" dans le Journal du dimanche du 2 décembre. "Je me suis mis à dos les autres gilets jaunes", précise David Tan, "visiblement c'est dangereux pour notre personne et notre intégrité physique. (...) Des gens qui ne me connaissent pas se permettent de m'insulter et je vous fais grâce des insultes."

Ce chauffeur de taxi originaire du quartier Bellevue a lancé un message solennel au Premier ministre : "Le 17 novembre [premier samedi de mobilisation des gilets jaunes], c'était de la colère, le 24 novembre, c'était de la révolte, ce week-end [le 1er décembre], c'était un soulèvement. Le week-end prochain, il va y avoir du désespoir, ce sera la rage du peuple !" À propos de cette invitation lancée par Édouard Philippe, David Tan poursuit : "Si ma parole n'est pas comprise par un monsieur qui est au haut sommet de l'État alors qu'il était maire et qu'il est père de famille, et qu'il voit que tout le monde galère, là ce n'est plus possible !"

Je vais demander la suppression de 266 taxes et le SMIC à 1.500 euros nets" (David Tan, gilet jaune)

Interrogé sur ce qu'il va demander au Premier ministre, lors de cette rencontre prévue mardi après-midi, David Tan explique qu'il revendique "la suppression de 266 taxes" et le relèvement du "SMIC à 1.500 euros nets". Mais le Nantais précise, qu'il n'est "pas un représentant, un porte-parole ou un élu" des gilets jaunes. Le rendez-vous à Matignon est prévu à 16 heures ce mardi, selon David Tan.