Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Malgré les propositions de la Direction, la grève continue à la clinique Saint-Grégoire

vendredi 29 mars 2019 à 10:34 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique

Au cinquième jour de grève, les salariés de la clinique Saint-Grégoire près de Rennes ont décidé de poursuivre leur mouvement malgré les propositions de la Direction.

Les salariés réunis dans le hall de l'hôpital ce lundi matin.
Les salariés réunis dans le hall de l'hôpital ce lundi matin. © Radio France - Valentin Belleville

Saint-Grégoire, France

Elles se disent "insultées". Les représentantes syndicales des salariés de la clinique privée de Saint-Grégoire près de Rennes ne mâchent pas leurs mots ce vendredi matin après les nouvelles annonces de leur direction. Ce jeudi 28 mars une réunion de médiation a eu lieu entre l'intersyndicale, la direction et la Direccte (la  direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi). 

La direction de l'hôpital privé propose de réévaluer le nombre de CDD à recruter au regard des départs et des ouvertures de nouvelles vacations au bloc opératoire.  Un programme de formation de six semaines sera maintenu pour chaque professionnel non formé au bloc. Les salariés se plaignaient d'un manque de formation des nouveaux embauchés. 

Une prime de 180 euros bruts

Cette même direction souhaite aussi verser une prime de 180 euros bruts aux personnels en CDI mais aussi en CDD de plus de trois mois présents dans l'établissement. Par ailleurs, les négociations annuelles obligatoire sur les salaires pourraient s'ouvrir dès lundi prochain et être avancées de plusieurs semaines. 

"On nous demande de lever la grève contre 180 euros, c'est une insulte" explique une représentante de la CFDT. Les salariés ont donc décidé de continuer leur mouvement débuté lundi.