Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Manche : l'entreprise Remade sauvée, mais 211 emplois supprimés

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Le tribunal de commerce de Rouen a rendu sa décision concernant la reprise de la société Remade, spécialisée dans le reconditionnement des smartphones. Une offre de reprise a été acceptée, mais elle ne conserve que 117 salariés sur les 328 encore présents sur le site de Poilley.

Sur les 328 salariés ici dans les rues d'Avranches le 26 septembre, seuls 117 conserveront leur emploi.
Sur les 328 salariés ici dans les rues d'Avranches le 26 septembre, seuls 117 conserveront leur emploi. © Radio France - Lucie THUILLET

La justice devait trancher ce jeudi matin le sort de la jeune société Remade, installée à Poilley dans le Sud-Manche et spécialisée dans le reconditionnement de smartphones. 328 salariés y travaillaient encore. Placée en redressement judiciaire en septembre dernier, l'entreprise risquait la liquidation judiciaire à moins qu'une offre de reprise soit finalement validée par le tribunal de commerce de Rouen, ce qui a été le cas. Après quatre audiences, et l'examen de deux offres de reprise le 9 janvier dernier, la décision du tribunal a été dévoilée ce jeudi matin : L'offre portée par la société britannique Forth Wave Technology a été retenue. Le tribunal ordonne la cession de la totalité des actifs de Remade et autorise le licenciement de 211 personnes. En clair, l'entreprise est sauvée, mais ne redémarrera qu'avec 117 des 328 salariés qui étaient encore présents dans la société. 

L'offre du fondateur de Remade n'a pas convaincu

Cette décision n'est pas vraiment une surprise. Parmi les deux offres de reprise en lice, celle du Britannique Suresh Radhakrishnan avait fait l'objet d'un examen poussé lors de l'audience du 9 janvier et avait recueilli un avis favorable du Comité social et économique (CSE). Car si cette offre était celle qui conservait le moins de salariées, elle était aussi la plus solide financièrement, le candidat s'engageant à apporter 3,3 millions d'euros. D'après l'avocat des salariés, Thomas Hollande, qui s'exprimait après l'audience du 9 janvier, son business plan avait convaincu le CSE "en raison des 25 ans d'expérience affichés par Suresh Radhakrishnan dans le secteur et ses relations dans les marchés porteurs, la Russie, le Moyen-Orient et la Grande-Bretagne".

La seconde offre de reprise "en compétition", était portée par le fondateur et ex-PDG de Remade, Matthieu Millet. Celui-ci promettait de reprendre 142 salariés en mettant 1,3 million d'euros sur la table, mais le parquet a exprimé de sérieux doutes sur le critère de pérennité et sur des problèmes de recevabilité juridique de l'offre. 

Les représentants du personnel devant les salariés cette après-midi

Les représentants du personnel ont donné rendez-vous aux salariés en début d'après-midi à Poilley devant le site de l'usine pour leur expliquer les raisons du choix du tribunal et la suite des événements. L'indemnisation des salariés qui seront licenciés pause encore question: le personnel met la pression sur les administrateurs judiciaires. En décembre dernier, ils avaient détruit 7000 téléphones pour protester contre les conditions financières prévues et ils viennent de mettre sous clé environ 25 000 smartphones reconditionnés et prêts à être vendus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu