Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement dans la Manche : "Je crains qu’on soit très peu à s’en remettre"

-
Par , France Bleu Cotentin

Pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement dès vendredi dans toute la France. Un coup dur de plus pour les commerçants et les restaurateurs qui devront, comme en mars, fermer leurs portes.

Les bars et restaurants de la Manche ferment leurs portes pour un mois
Les bars et restaurants de la Manche ferment leurs portes pour un mois © Radio France - Anthony Raimbault

C’est un retour en arrière en France. Ce mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement dans tout le pays pour lutter contre le Covid-19. Il entrera en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi et pour une durée de quatre semaines au moins. Les commerces non-essentiels, les bars et les restaurants doivent fermer. Un nouveau coup dur pour les commerçants de la Manche. 

"Il y en a déjà qui sont très mal, ça va terminer de les achever"

« C’est pour le bien de tous et la santé, mais c’est un coup très très dur supplémentaire sur la tête des commerçants. Certains réalisent 60% de leur chiffre d’affaires sur la période de Noël qui commence en général le 1er novembre. Ce chiffre, si les commerces ne peuvent pas le faire, il faut craindre l’hécatombe. Il y en a déjà qui sont très mal, ça va terminer de les achever. D’autres, qui arrivaient tant bien que mal à survivre, vont subir ça de plein fouet. Je crains qu’on soit très peu à s’en remettre. » - Florence Kwiatek co-présidente de la Fédération des commerçants du Cotentin

"Il y a une injustice" 

« Quand on voit la foule dans le métro et que nous on a toutes les mesures pour la protection… On a limité les tables, on prend le nom des personnes, on fait tout bien. Il y a une injustice. Si tout le monde est masqué et respecte les distances, il n’y a aucun problème. » - Dominiques Eudes, patron de la Bolée Normande à Granville et président de l’UMIH50 

"Il faut en appeler au civisme des gens et ne pas se précipiter sur internet pour faire ses achats de Noël"

"On remet une couche. Ça va être très dur moralement et dans la gestion des entreprises déjà impactées par le premier confinement. La période de Noël est une période cruciale. C’est parfois 40%, 50% du chiffre d’affaires annuel. Ça risque de faire des dégâts. Il faut en appeler au civisme des gens : ne pas se précipiter sur internet pour faire ses achats de Noël de manière à faire ses achats après le confinement chez les commerçants de quartier qui font vivre les villes et les villages. - Jean-Philippe Normand, délégué de la Confédération des PME dans la Manche.

"Les aides sont là, il faut les utiliser"

"C’est un coup dur, même si on s’y attendait. On a une réunion avec tout le personnel ce matin (jeudi), on va évoquer la situation et l’après. On va mettre en place le chômage partiel pour les salariés. Les aides sont là, il faut les utiliser. On a zéro recette, il faut bien que l’entreprise survive." - Patrice Girres patron du restaurant l'Auberge de la Sélune à Ducey-les-Chéris et président délégué des Logis de la manche

Choix de la station

À venir dansDanssecondess