Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manif anti-abattoir :entre 200 et 300 personnes ont défilé dans les rues de Limoges ce samedi

samedi 26 novembre 2016 à 19:30 Par Claire-Lise Macé, France Bleu Limousin

Une manifestation "anti-abattoir" a eu lieu ce samedi. Trois semaines après la diffusion d'une vidéo choc mise en ligne par l'association L-214, les organisateurs de la manif voulaient dénoncer les conditions d'abattage à l'abattoir de Limoges,

Après 2h de manif devant la mairie, les militants "anti-abattoir" ont défilé dans les rues de Limoges.
Après 2h de manif devant la mairie, les militants "anti-abattoir" ont défilé dans les rues de Limoges. © Radio France - Claire-Lise Macé

Limoges, France

Ils étaient entre 200 et 300 de militants à manifester ce samedi après-midi à Limoges. Le rassemblement a débuté à 13h devant l'hôtel de ville à l'appel de plusieurs associations de protection animale comme L-214 ou l'association creusoise L-PEA (Lumière sur les pratiques d'élevage et d'abattage). "Notre but", explique Aurore Lenoir, la présidente de L-PEA , "c'est de sensibiliser la population aux pratiques choquantes d'abattage qui existent à Limoges et ailleurs."

En fait, tout est parti d'une vidéo choc diffusée sur internet le 3 novembre dernier par l'association L-214. On y voit des vaches gestantes tuées et éventrées. Leurs veaux (déjà formés) extirpés de leurs entrailles, avant d'être jetés dans de grandes poubelles. "On ne pouvait pas rester sans rien faire", s'énerve Aurore Lenoir. "Et on voulait vraiment donner une suite à cette vidéo, pour éviter qu'elle soit tout de suite oubliée après le choc passé.

"La lutte doit continuer"

Avant de défiler dans les rues, les manifestants sont restés environ 2h devant la mairie de Limoges, scandant des slogans et brandissant des pancartes avec des phrases comme "viande=meurtre", "consommateurs=collaborateurs" ou montrant des images d'animaux baignant dans leur sang. Mauricio Garcia-Pereira était également présent. C'est lui, employé de l'abattoir de Limoges, qui a filmé les images diffusées par L-214. Le lanceur d'alerte, aujourd'hui en arrêt maladie, a pris la parole à de nombreuses reprises.

Une motion contre les actes de cruauté

Mais les manifestants n'étaient pas venus que pour dénoncer. Ils avaient aussi des propositions à présenter au maire de Limoges. Vers 15h, Rémy Viroulaud, adjoint au maire et président du conseil d'administration de l'abattoir municipal a reçu une petite délégation dans son bureau. Les associations ont pu lui présenter une proposition de motion. Un texte qui réclame notamment l'installation de caméras dans l'abattoir, la fin de l'abattage des vaches gestantes dans le dernier tiers de leur gestation ou encore l'amélioration des conditions d'étourdissement des animaux.

Après une réunion de près d'une heure à la mairie, l'élu a accepté de proposer la motion lors du prochain conseil municipal. Mais Rémy Viroulaud prévient déjà qu'en ce qui concerne les vaches gestantes, Limoges resterait "aligné aux textes de loi actuels" (qui ne l'interdisent pas). En revanche, il a rappelé que la ville de Limoges comptait lancer un plan d'investissement pour améliorer les conditions d'abattage. Un plan qui sera mis en oeuvre d'ici la fin 2017.

La manifestation a duré toute l'après-midi. S'achevant, vers 17h, place de la Motte. - Radio France
La manifestation a duré toute l'après-midi. S'achevant, vers 17h, place de la Motte. © Radio France - Claire-Lise Macé

Après cette rencontre avec l'élu, la manifestation s'est poursuivie dans les rues de Limoges, passant par les places Jourdan et Denis-Dussoubs, pour s'achever place de la Motte vers 17h.