Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Manif à Limoges : face à face tendu entre la police et les salariés de GM & S Indutry

jeudi 24 novembre 2016 à 18:38 Par Claire-Lise Macé, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Les 283 salariés de l'usine creusoise GM&S Industry se sont rendus à Limoges ce jeudi. Après un départ à 11h de La Souterraine, ils ont entamé une opération escargot sur l'A 20. Ils ont fini leur action dans une ambiance très tendue, devant la maison de la région.

Les salariés de GM & S (La Souterraine) ont manifesté ce jeudi à Limoges. Certains d'entre eux ont éscaladé les grilles du conseil régional pour se faire entendre.
Les salariés de GM & S (La Souterraine) ont manifesté ce jeudi à Limoges. Certains d'entre eux ont éscaladé les grilles du conseil régional pour se faire entendre. © Radio France - Claire-Lise Macé

Limoges, France

Pétards, klaxons, banderoles et mégaphones... Les salariés de GM&S Industry ne sont pas passés inaperçu, ce jeudi, dans les rues de Limoges. Venus de la Souterraine, ils comptaient rencontrer des élus à la maison de la région. A l'ordre du jour : le chômage partiel qu'ils subissent chaque semaine et l'état financier de leur entreprise, qui inquiète au plus haut point.

"283 sinon rien"

Normalement, tout aurait dû bien se passer. Les 283 salariés avaient tous fait le déplacement pour un rendez-vous officiel organisé à 14h avec les élus de la région. Mais arrivés là-bas, problème : les élus ne souhaitaient recevoir qu'une petite délégation . Les salariés, eux, comptaient être reçus tous ensembles, scandant leur slogan "283 sinon rien". Après quelques minutes de négociations, impossible de trouver un terrain d'entente. Le conseil régional a donc refermé ses portes et la discussion a été annulée.

Les syndicalistes ont envahi la cour du conseil régional durant la manifestation. - Radio France
Les syndicalistes ont envahi la cour du conseil régional durant la manifestation. © Radio France - Claire-Lise Macé

Loin de se décourager, une dizaine de salariée a escaladé les grilles. Mais face à cette intrusion, un gros dispositif de police et de CRS a été déployé sur place. C'est à partir de ce moment, que l'ambiance est devenue très électrique. Policiers et manifestants se sont retrouvés face à face... Échangeant des paroles très tendues pendant une bonne demi-heure.

Mais finalement, les représentants syndicaux ont préféré faire retomber la pression. Ils ont donc ré-escaladés les grilles pour ressortir, sans avoir rencontré les élus. "C'est vraiment dommage", s'indigne Yann Augras, délégué CGT chez GM&S, "on voulait dire notre ras-le-bol, mais on a l'impression de ne pas être entendu, on perd confiance".

Les 283 salariés ont finalement repris le chemin de la Creuse vers 17h, évitant l'affrontement avec la police. Mais ils promettent déjà de nouvelles actions la semaine prochaine. Une semaine qui s'annonce donc chargée. Lundi 28 novembre, un comité central d'entreprise extraordinaire doit avoir lieu. Et selon les syndicats, la direction devrait annoncer une procédure de redressement judiciaire pour GM&S.