Économie – Social

Plus de 3000 personnes contre la loi El Khomri à Dijon, une fin de manif mouvementée

Par Philippe Renaud et Magali Fichter, France Bleu Bourgogne et France Bleu jeudi 31 mars 2016 à 15:32 Mis à jour le jeudi 31 mars 2016 à 16:34

La manifestation s'est terminée sous les fumigènes
La manifestation s'est terminée sous les fumigènes © Radio France - Magali Fichter

La mobilisation des opposants à la loi El Khomri a été plus importante que le 24 mars dernier, mais la manifestation s'est terminée par des heurts entre CRS et certains participants, place de la Libération puis un peu partout dans Dijon.

Elle avait tous les ingrédients pour être une manifestation... dans les règles de l'art. Des salariés, des retraités, des précaires mais aussi de nombreux étudiants avaient répondu à l'appel des syndicats.

La manifestation débute place de la libération à Dijon - Radio France
La manifestation débute place de la libération à Dijon © Radio France - Magali Fichter
Les manifestants sur les voies du tram  - Radio France
Les manifestants sur les voies du tram © Radio France - Magali Fichter

De la musique, des drapeaux, des pancartes et des déguisements, avec parfois pas mal d'imagination. Et une volonté : montrer que le mouvement est loin, très loin, de s'essouffler. Auriane, une étudiante en info-com, le martèle : "Il n'y a qu'à voir le monde qu'il y a aujourd'hui ! Moi je n'étais pas très politisée. Mais là, avec cette loi, on se moque de nous". Jean et Anne-Marie, eux, sont près de la retraite, mais ils sont venus se battre pour leurs enfants : "On a bénéficié de plein d'avantages, et on voit que l'avenir qu'on leur prépare n'est pas vraiment rose"...

Comité d'accueil

Mais déjà, dans le cortège, on sent qu'on se prépare à une certaine tension. Les étudiants posent lunettes de piscine et foulard sur leur nez, en prévision des gaz lacrymogènes. Et pour cause, à l'arrivée place de la Libération, les CRS sont là.

Les CRS ont reçu quelques canettes - Radio France
Les CRS ont reçu quelques canettes © Radio France - Magali Fichter

Ils essuient des jets de canette, d'oeufs, de pétards, de la part d'une minorité de manifestants, pendant que Patricia, une syndicaliste, s'énerve.

Ils se décrédibilisent complètement, et ils vont s'en prendre plein la tronche !

"Ils n'ont plus d'idéologie" : Patricia discute avec Boussif

En retour les CRS finissent par vider la place à coups de gaz lacrymogène... et d'arrestations musclées, sous les yeux d'autres étudiants, sous le choc.

Une dizaine d'interpellations

Finalement, la manifestation se disperse, mais une partie tentent de continuer leur marche vers la place Darcy, puis place de la République, où ils ont notamment sorti des sièges de l'ancien cinéma L'Alhambra. Une confusion générale s'en est suivie, avec un jeu du chat et de la souris entre les forces de l'ordre et les manifestants, notamment vers l'Avenue du Drapeau. La police a procédé en tout à 24 d'interpellations.

Une mobilisation très suivie en France - Aucun(e)
Une mobilisation très suivie en France - Idé