Économie – Social

Manifestation des avocats à Perpignan

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon mardi 27 octobre 2015 à 11:20

Une centaine d'avocats rassemblés à Perpignan
Une centaine d'avocats rassemblés à Perpignan © Radio France - Baptiste Guiet

Une centaine d'avocats ont manifesté ce mardi midi sur les marches du palais de justice de Perpignan pour réclamer une revalorisation de l'aide juridictionnelle.

Comme partout en France, les avocats de Perpignan manifestent leur inquiétude et leur colère. Ils réclament une revalorisation de l'aide juridictionnelle. Il s'agit de l'aide dont peuvent bénéficier les familles plus pauvres pour avoir un avocat. De nombreux avocats ne travaillent qu'avec cette aide, souvent versée avec retard et qui, selon la profession, ne couvre pas les frais réels.

Christine Taubira, la ministre de la justice  a renoncé à une partie de sa réforme (financer l'aide juridictionnelle par un prélèvement sur les caisses des avocats), mais la colère n'est que partiellement apaisée.

Une centaine d'avocats se sont rassemblés ce mardi midi sur les marches du palais de justice de Perpignan, ils sont en grève et de nombreuses audiences ont été reportées.

"Nous ne sommes pas des privilégiés, c'est un mouvement du désespoir".

"À Perpignan et Montpellier, il y a une dizaine de confrères qui ont fait l'objet de procédure de liquidation ou de redressement judiciaire. Nous ne sommes pas des privilégiés et des nantis. Nous travaillons à perte. Le mouvement de grève est un mouvement de désespoir, nous en avons assez d'être traités ainsi par un gouvernement qui n'a aucune idée de la réalité du terrain en province" explique Gilles Boxo, le bâtonnier de Perpignan.

Gilles Boxo, batonnier de Perpignan

"L'aide juridictionnelle est payée en unité de valeur, c'est 23 euros hors taxe. Ce prix n'a pas été modifié depuis 2007.  Pour vous donner un exemple simple,  une procédure après un divorce pour régler un problème de pension alimentaire ou de garde d'enfants, c'est payé 16 unités de valeur, soit 387 euros hors taxe, pour établir une requête, recevoir le client et plaider le dossier et on est payé une fois que la procédure est terminée, on est loin du compte pour faire face aux frais d'un cabinet."

Gilles Boxo, batonnier de Perpignan

"Sur certains dossiers nous ne sommes pas payés" .

"Y a des avocats en grande difficulté qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts. L'aide juridictionnelle  n'a pas été augmentée depuis 2007. Sur certains dossiers nous ne sommes pas payés ou sous payés. À terme, je ne pourrai plus faire de l'aide juridictionnelle" explique Sandrine Brazo de l'union des jeunes avocats de Perpignan.

Sandrine Brazo de l'union des jeunes avocats