Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Manifestation des gilets jaunes à Paris : encore des scènes d'affrontements au coeur de la capitale

samedi 8 décembre 2018 à 9:57 - Mis à jour le samedi 8 décembre 2018 à 17:07 Par Marine Chailloux, France Bleu Paris et France Bleu

On a encore vu des scènes de guérilla urbaine dans la capitale, sur les Champs-Elysées et dans le quartier de la gare Saint-Lazare notamment, pour ce quatrième samedi de mobilisation des gilets jaunes à Paris. Au moins 1082 personnes ont été interpellées et plus de 900 placées en garde-à-vue.

La mobilisation des gilets jaunes a dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre dans plusieurs quartiers de la capitale
La mobilisation des gilets jaunes a dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre dans plusieurs quartiers de la capitale © Radio France

Paris, France

Le bilan des arrestations et des gardés à vue a augmenté dans la nuit : au moins 1082 personnes ont été arrêtées à Paris et plus de 900 ont été placées en garde à vue. Selon le parquet de Paris, 396 gardes à vue ont été levées. 108 mis en cause ont été déférés, 284 procédures ont été classées et 4 autres décisions (dessaisissement du parquet de Paris ou interruption de garde à vue pour raison médicale) ont été prononcées.

Il reste ce dimanche matin environ 500 personnes en garde à vue à Paris, a précisé le parquet de Paris à nos confrères de franceinfo.

Selon Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire PS de Paris Anne Hidalgo, "Les violences ont été moins radicales mais les dégâts sont probablement plus importants qu'une semaine avant". "Le secteur concerné par les incidents était beaucoup plus important. On n'a pas d'images aussi spectaculaires que l'assaut de l'Arc de triomphe. Le problème c'est que en ayant moins de barricades, il y a eu beaucoup plus de dispersion, donc beaucoup plus de lieux impactés par des violences, a-t-il expliqué chez nos confrères de France Inter. Donc le coût économique sera plus important hier qu'il y a une semaine". 

Hier soir, le dernier bilan faisait état de 920 personnes interpellées à Paris après le quatrième samedi de mobilisation des gilets jaunes qui a encore dégénéré notamment dans le quartier des Champs-Elysées, mais aussi près de la gare Saint-Lazare ou encore place de la République en début de soirée.

619 personnes ont été placées en garde à vue. Par ailleurs 71 personnes ont été blessées, dont 7 parmi les forces de l'ordre.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a salué le travail des forces de l'ordre. 

Retrouvez le direct avec les photos et les vidéos de ce samedi

18h25 : Les "gilets jaunes" regroupés rue Pierre Charon peuvent à nouveau circuler. 

18h21 : Les CRS ont repoussé les manifestants loin des Champs-Elysées. 

17h25 : 737 personnes interpellées et 551 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.

17h11 : Un "gilet jaune" blessé devant l'église Saint-Augustin.

16h53 : 673 personnes interpellées et 551 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris. La préfecture fait également état de 55 blessés dont 3 parmi les forces de l'ordre.

16h28 : Un incendie signalé devant la gare Saint-Lazare. 

16h15 : 651 personnes interpellées et 536 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.

15h49 : Des affrontements à signaler entre des groupes mobiles de "gilets jaunes" et des forces de l'ordre à Paris près du Parc Monceau entre le 8e et le 17e arrondissement. 

15h19 : 615 personnes interpellées et 508 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.

15h09 : 30 personnes ont été blessées ce samedi à Paris, dont 3 parmi les forces de l'ordre en marge des manifestations des "gilets jaunes".

15h : Une fumée noire s'élève dans le ciel de Paris

14h29 : Des affrontements ont eu lieu entre des petits groupes de "gilets jaunes" très mobiles et les forces de l'ordre sur les Champs Elysées. Des manifestants ont arraché puis mis le feu à des panneaux de bois qui protégeaient des magasins.

14h19 : 598 personnes interpellées et 475 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.

14h10 : Le "Drugstore" de Publicis sur les Champs Elysées est pris pour cible, en marge de la mobilisation des "gilets jaunes".

13h57 : Une barricade faites de poubelles incendiées est signalée avenue de Friedland.

13h52 : 581 personnes interpellées et 423 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.

13h28 : 29 personnes présentées comme des "meneurs d'ultradroite, d'ultragauche ou des 'gilets jaunes' radicalisés" ont été arrêtés préventivement hier et ce matin.

13h18 :  31 000 manifestants ont été comptés dans toute la France en ce quatrième samedi de mobilisation.  8000 personnes défilent plus précisément dans les rues de Paris.

13h : Plusieurs incendies de poubelles ont été signalés sur les Champs-Elysées. 

12h52 : 575 personnes interpellées et 361 garde-à-vue en marge de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris.

12h50 : Le périphérique parisien est bloqué à la hauteur de la Porte Maillot. Vers 10h, les voies avait déjà été envahies par des "gilets jaunes" mais les forces de l'ordre étaient intervenues rapidement pour les évacuer.

12h45 : Les "gilets jaunes" sont regroupés sur les Champs Elysées par les forces de l'ordre.

10h30 : Les premiers tirs de gaz lacrymogène ont été tirés au niveau de la place de l'Etoile. La pression commence à monter sur les Champs Elysées. Le  bilan provisoire est de 354 personnes interpellées à Paris et 127 manifestants sont en garde à vue après le début de la mobilisation à haut risque des gilets jaunes.

10h15 : Le périphérique a été brièvement bloqué par les gilets jaunes. Une centaine de manifestants est descendue sur le périphérique intérieur à hauteur de porte Maillot. Les gilets jaunes ont arrêté la circulation. Pas assez nombreux, ils ont été reconduits au-dessus du périphérique par les CRS. Pour l'instant, l'ambiance au niveau de la porte Maillot est pacifique, les manifestants se sont réunis à ce niveau pour prouver qu'il n'y avait pas que des casseurs dans les gilets jaunes. La place de la porte Maillot n'est pas bloquée même s'il y a d'importants effectifs de police, mais le périphérique commencent à être embouteillé en amont.

Les forces de l'ordre ont procédé à des interpellations depuis tôt ce matin. A 7h30, la préfecture de police de Paris annonçait déjà qu'une trentaine de personnes avaient été placées en garde à vue et 121 avaient été interpellées lors de contrôles d'identité. 

9h40 : Le bilan est beaucoup plus important : 343 manifestants ont été arrêtés à Paris et au moins 32 ont été placés en garde à vue. Il s'agit pour la plupart de trentenaires, venus de région. Les forces de l'ordre ont trouvé sur eux des casques, des frondes, des marteaux, des boules de pétanque ou encore des pavés.

Plusieurs milliers de personnes se trouvent actuellement place de l'Etoile et marchent dans le calme sur les Champs Elysées.

Les plans de sécurité parisiens divulgués sur Internet

Le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire ce samedi matin pour déterminer l'origine de la divulgation des détails du plan de sécurité de la police. Les consignes se sont retrouvées sur les réseaux sociaux. Il s'agissait d'une note interne de la préfecture de police de Paris destinée aux chefs de service de la police. Elle détaillait en partie le dispositif déployé dans la capitale. 

Le ministre de l'Intérieur a évoqué des "documents administratifs" envoyés à plus de 2.000 policiers parisiens, donc peu confidentiels selon lui. Il a tout de même demandé au préfet de police d'ouvrir une enquête administrative sur cette fuite. "Ce n'est pas une fuite. Ce sont des documents administratifs envoyés à plus de 2.000 policiers parisiens, un plan d'action", a relativisé Christophe Castaner. Il a tout de même reconnu qu'il n'était tout de même "pas normal qu'ils se retrouvent en ligne." L'enquête est confiée à la brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information (la BEFTI).

8.000 membres des forces de l'ordre (policiers, gendarmes et CRS) sont déployés à Paris, ainsi qu'une douzaine de véhicules blindés. 

De nombreux magasins et routes fermés

Inutile de vouloir venir à Paris faire ses courses de Noël, les grands magasins sont fermés : les Galeries Lafayette, le Printemps Hausmann, le BHV, les commerces de Montparnasse ont baissé le rideau, à deux semaines et demi de Noël. Plusieurs Fnac et Darty sont également fermés. Porte close aussi au marché de Noël du jardin des Tuileries.

La totalité des musées nationaux n'accueillera pas de visiteurs aujourd'hui, tout comme plusieurs monuments : impossible de monter sur la Tour Eiffel ou sur l'Arc de Triomphe par exemple. Dans les Yvelines, la château de Versailles est lui aussi fermé exceptionnellement au public aujourd'hui.

Plusieurs axes routiers sont déjà coupés à la circulation ou risquent de l'être d'un moment à l'autre en fonction de l'avancée des gilets jaunes. D'autres routes pourraient être coupées selon l'évolution de la situation.

A noter qu'un autre cortège de manifestants partira de la place de la Nation à 14 heures et ira jusqu'à la place de la République. Il s'agit de la Marche pour le climat. Elle a été maintenue même si son parcours a été modifié.

Dans le Val-d'Oise, la vente d'alcool a été interdite par le préfet jusqu'à lundi midi selon le site actu.fr. Par ailleurs, trois autres arrêtés ont été pris pour interdire la vente et le transport d'acide, mais aussi la vente et l'utilisation d'artifices.