Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manifestation des jeunes migrants isolés devant le conseil départemental du Puy-de-Dôme

mardi 28 novembre 2017 à 21:22 Par Sarah Gilmant, France Bleu Pays d'Auvergne

Les membres de Réseau Education Sans Frontière (RESF) accompagnés d'une vingtaine de jeunes migrants isolés ont manifesté ce mardi en fin de matinée devant le Conseil départemental du Puy-de-Dôme. Ces réfugiés ne sont reconnus ni mineurs ni majeurs et leur situation est précaire.

Une quarantaine de manifestants dont une vingtaine de jeunes migrants isolés se sont rassemblés devant le conseil départemental
Une quarantaine de manifestants dont une vingtaine de jeunes migrants isolés se sont rassemblés devant le conseil départemental © Radio France - Sarah Gilmant

Clermont-Ferrand, France

"Un toit, une école, des papiers". La vingtaine de jeunes étrangers isolés a bravé le froid pour se faire entendre. Ils viennent de Côte d'Ivoire, du Libéria ou encore de Guinée. Tous ont fui leur pays pour espérer trouver une vie meilleure en Europe. Ils se retrouvent ici à Clermont-Ferrand, parfois avec des papiers d'identités, parfois non. Et c'est là tout le problème : leur identité et leur âge.

Les "abandonnés" de la République

Les membres de Réseau Education Sans Frontière (RESF) considère ces jeunes comme mineurs mais pas le Conseil départemental.

L'âge des jeunes migrants est déterminante. S'il est considéré comme mineur par les services sociaux, un réfugié pourra bénéficier de l'Aide sociale à l'enfance (ASE), un service géré par le conseil départemental. S'il est reconnu majeur, c'est à la préfecture de s'occuper de lui.

Ils sont une petite centaine dans le Puy-de-Dôme dont une quarantaine à Clermont-Ferrand a être en attente d'une réponse administrative, certains depuis des mois. Ni reconnu mineurs, ni reconnus majeurs par l’administration française, ces jeunes n'ont pas de statut légal et vivent, en attendant, dans des hôtels dans des conditions difficiles.

Pour Clément Jacquot de RESF, la situation de ces jeunes est claire. Ils ont des droits que l’administration bafoue : "C'est des enfants dont on parle, ils veulent juste aller à l'école et retrouver une vie. Le Conseil départemental les accuse de mentir sur leur âge. On trouve des bidouilles administratives pour faire des économies de bout de chandelle et satisfaire les politiques d'austérité."

"Le département n'arrive plus à assumer les flux de migrants. Il faut s'occuper en priorité des jeunes dont la minorité a été prouvée" Alexandre Pourchon, premier vice-président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme

Selon les chiffres du département du Puy-de-Dôme, 252 mineurs étrangers non accompagnés ont déjà été pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance en 2017. Les places manquent cruellement et l'ASE doit faire des choix comme l'explique Alexandre Pourchon, premier vice-président du conseil départemental en charge de l'enfance, de la jeunesse, de la famille et de l'insertion "Certains jeunes gens sont considérés comme majeurs par nos services puis comme "présumés mineurs" par les juges pour enfant, faute de preuve suffisante. L'ASE doit se concentrer sur les mineurs avérés."

Alexandre Pourchon premier vice-président du conseil départemental a reçu deux membres de RESF mais aucune solution n'a été trouvée pour ces jeunes réfugiés isolés.