Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

Manifestation des salariés de General Electric de Belfort contre la casse sociale

-
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard

A l'appel de plusieurs syndicats, 200 salariés de General Electric se sont donnés rendez-vous ce jeudi matin devant l'entrée de l'usine, porte des trois chênes. Ils ont mené des actions symboliques pour dénoncer la politique du groupe concernant notamment les branches Hydro et Steam.

200 personnes sont devant l'entrée de l'usine ce jeudi matin
200 personnes sont devant l'entrée de l'usine ce jeudi matin © Radio France - Nicolas Wilhelm

Ils accusent le groupe américain de "détruire l'emploi" à Belfort. 200 salariés de General Electric sont réunis ce jeudi matin devant la porte des 3 chênes à Belfort. Après le plan social dans les turbines à gaz l'an dernier et 485 suppressions de poste, ils craignent de nouvelles saignées dans la division hydraulique et chez Steam, la branche qui travaillent notamment pour les nouvelles centrales à charbon. Marché duquel GE a décidé de se retirer laissant planer le doute sur d'éventuelles fermetures de site.  Hydro, de son côté, doit fermer à court terme. Le plan social prévoit la suppression de 89 postes à Belfort.

Des banderoles et une faucheuse

Les manifestants ont commencé par ralentir la sortie d'une turbine gaz des ateliers belfortains pour protester contre les nouvelles menaces qui pèsent sur eux. Après les 485 suppressions de postes dans l'entité Gaz l'an dernier, c'est autour de la branche hydraulique d'être touché. Les salariés de GE Hydro étaient d'ailleurs en tête du cortège.  

En habits et masques noirs de circonstances, certains se sont allongés comme morts sur le sol. Sébastien lui est resté debout dans le rôle de GE, la grande faucheuse."  J'ai une faux pour découper. C'est pour abréger les souffrances des gens qui risquent d'avoir envie de mettre fin à leurs jours. Tout ces gens qui ont vingt, trente ans d'expérience et à qui ont dit : dans trois mois, si tu peux partir, ça nous arrange", indique le salarié en cape, capuche et masque noir. 

Un des salariés est déguisé en faucheuse, symboliquement.
Un des salariés est déguisé en faucheuse, symboliquement. © Radio France - Nicolas Wilhelm

Les salariés portaient des banderoles sur lesquelles on peut lire: "GE Hydro doit vivre". "Ge tue l'hydro". Une nouvelle réunion entre les syndicats et la direction de GE hydro est prévue la semaine prochaine. La période de consultation du plan de restructuration se termine le 15 décembre. Au delà, la direction pourra le mettre en oeuvre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess