Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation du 1er-Mai : "c'est la fête la plus importante", se réjouit Raymond 70 ans de CGT

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le rémois Raymond Virot sera ce samedi 1er mai 2021 dans la rue pour la fête du travail. Ce militant CGT depuis 70 ans, n'a raté aucune fête des travailleurs et pour lui c'est essentiel avec la crise de continuer à lutter.

Raymond Virot chez lui à Reims avec sa carte de la CGT.
Raymond Virot chez lui à Reims avec sa carte de la CGT. © Radio France - Sophie Constanzer

"C'est pour moi la fête la plus importante... je ne me souviens pas en avoir raté un" : Raymond Virot, 85 ans, a sa carte au syndicat CGT à Reims depuis l'âge de 15 ans. Et depuis 70 ans donc, depuis qu'il milite, il n'a raté aucune manifestation du 1er mai. Les manifestations, marcher avec les camarades de la CGT dans la rue, ça lui manque depuis le début de la crise sanitaire et il sera devant la maison des syndicats ce samedi à Reims pour célébrer ce qu'il appelle "la fête des salariés".

Je ne pense pas que je m'arrêterai un jour -- Raymond Virot

70 ans de militantisme et quand on lui demande s'il a déjà pensé arrêté, la réponse émue, fuse : "je pense pas que je m'arrêterai un jour, c'est mon combat, surtout pour les autres...". Défendre les autres, Raymond Virot y pense dès l'âge de 15 ans donc, quand il travaille dans le bâtiment et qu'il prend sa carte à la CGT. "Déjà on était une famille nombreuse chez nous, on était 15 frères et soeurs, les difficultés, la misère, les économies on connaissait et pas question d'être égoïste, il fallait penser aux autres"'. 

Il a sa carte à la CGT depuis ses 15 ans.
Il a sa carte à la CGT depuis ses 15 ans. © Radio France - Sophie Constanzer

Toujours aux permanences de la CGT

Raymond Virot est aussi à l'origine de la création de la section CGT à l'Université de Reims Champagne Ardenne lorsqu'il est arrivé comme agent d'entretien. Et il continue toujours les permanences à la maison des syndicats. "Les craintes qu'on pourrait avoir quand on en parle avec les copains, c'est que ça peut exploser, il y a de la colère ! Il y a plus de solidarité entre les salariés, on rencontre des difficultés, les gens qui veulent monter un syndicat dans une entreprise, s'il mettent l'étiquette CGT derrière, ils étaient les meilleurs et 6 mois après ils sont les plus mauvais", souligne Raymond. 

Tous les jours la liberté elle diminue -- Raymond Virot

"Quand j'entends les chefs d'entreprises dire qu'il y a pas beaucoup de syndiqués en France, oui mais quand il y a en a un qui monte un syndicat on veut le virer ! On parle de pays de liberté, mais tous les jours la liberté elle diminue...". Et dans ce monde touché par la crise sanitaire, la jeunesse lui tient à coeur. Les étudiants qu'il "a toujours vu à l'Université", mais aussi les jeunes du quartier Croix rouge à Reims avec qui il fait du football. "Ce qui me manque depuis un an et demi, c'est de ne pas m'occuper de foot, je vois plus les jeunes, ça me manque", souligne t-il.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess