Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manifestation du 1er mai : une fête du travail sous haute sécurité en Alsace

dimanche 1 mai 2016 à 12:40 Par Olivia Cohen et Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les manifestations pour la fête du travail ont démarré ce dimanche matin : près de 600 personnes rassemblées à Mulhouse, environ 2.000 à Strasbourg. En toile de fond, cette année : un climat de tension et des mesures de sécurité particulièrement renforcées à cause de l'opposition à la loi travail.

1er mai : 400 manifestants à Mulhouse, 2.000 à Strasbourg
1er mai : 400 manifestants à Mulhouse, 2.000 à Strasbourg © Radio France - Patrick Genthon

Strasbourg, France

Malgré le mauvais temps, travailleurs et brins de muguets ont fleuri sur le pavé ce dimanche. Les manifestations du 1er mai ont démarré ce dimanche matin : entre 300 et 600 personnes rassemblées à Mulhouse, entre 1.500 et 2.000 à Strasbourg. En toile de fond, cette année : un climat de tension et des mesures de sécurité renforcées à cause de la loi travail et de l'animosité qu'elle suscite.

Pascal Maillard, secrétaire académique du SNESUP-FSU, le syndicat des enseignants chercheurs : "On est là avant tout pour accentuer et prolonger notre combat contre la loi travail, qui est le symbole d'une régression qui nous renvoie au XIXème siècle. Elle concerne tout le monde : les salariés du privé, mais aussi les fonctionnaires. Il ne faut pas que cette loi passe et il faut que les fonctionnaires soient solidaires de notre mouvement."

Pascal Maillard prie les fonctionnaires de rallier le mouvement anti-loi travail

Dans le cortège, une grande figure du combat social

En tête du cortège, la star du combat social en Alsace : son nom, c'est Jacky Wagner, 55 ans, secrétaire général de la CGT du Bas-Rhin, et président du Conseil des prud'hommes de Strasbourg. Il promène sa moustache de gaulois depuis vingt ans dans tous les cortèges et sur les piquets de grève.

Jacky Wagner, combattant acharné de ses 16 à 55 ans - Radio France
Jacky Wagner, combattant acharné de ses 16 à 55 ans © Radio France - Marie-Thérèse Koehler

C'est au milieu des années 70, à l'âge de seize ans, que Jacky Wagner découvre sa vocation dans une entreprise strasbourgeoise de carrelage. Il est ensuite embauché aux brasseries Schutzenberger et se syndique à la CGT, avant d'aller travailler chez Danone, jusqu'au milieu des années 90.

Mes gènes, c'est la solidarité et l'amitié !

Il n'a jamais rechigné pour affronter les grands patrons. Problème, au bout d'un moment, Jacky Wagner est tellement médiatisé pendant le conflit Danone, que plus personne ne veut l'embaucher. Finalement, c'est la CGT qui l'embauche comme conseiller juridique. Le moteur de son combat, c'est l'amitié, la justice et la solidarité. Des valeurs qu'il juge en perte de vitesse ces derniers temps : "Il faut que chacun accepte de donner un peu de son temps pour aider les plus faibles. Aller travailler tout seul dans son coin, ce n'est pas ma culture. Mes gènes, c'est la solidarité et l'amitié."

Portrait de Jacky Wagner, par Olivier Vogel

Muguets et manifestants fleurissent sur le pavé ce dimanche - Radio France
Muguets et manifestants fleurissent sur le pavé ce dimanche © Radio France - Marie-Thérèse Koehler