Économie – Social

Puy-de-Dôme : manifestation pour défendre le maintien des bureaux de poste en zone rurale

Par Lauriane Havard, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu samedi 14 janvier 2017 à 17:23

200 personnes rassemblées devant la Poste Saint-Eloy à Clermont-Ferrand
200 personnes rassemblées devant la Poste Saint-Eloy à Clermont-Ferrand © Radio France - Lauriane Havard

Près de 200 personnes, élus et habitants, se sont rassemblées devant la direction régionale de la Poste à Clermont-Ferrand ce samedi 14 janvier. Ils dénoncent les changements opérés par le groupe La Poste qui compliquent le quotidien des usagers.

Cunlhat, Sauxillanges, Saint-Dier-d'Auvergne, Blanzat, Vic-le-Comte mais aussi Clermont-Ferrand, voilà les communes du Puy-de-Dôme qui sont concernées par les nouvelles dispositions appliquées par La Poste. Pour se faire entendre, les élus et les usagers de l'ensemble de ces communes se sont réunis au sein du collectif "Touche pas à ma poste!"

Exemple à Blanzat où le bureau de poste est désormais fermé au public tous les lundis. Quant aux horaires d'ouverture, on passe de 28h hebdomadaire à 15h. Aujourd'hui la poste ouvre de 9h à 10h30 le matin et de 14h30 à 16h l'après-midi. Ces changements ne facilitent pas du tout la vie des usagers. "Maintenant il faut courir pour trouver une poste qui correspond à nos horaires" s'indigne Stéphanie Lobo, adjointe à la communication à la marie de Blanzat. Elle ajoute que pour les gens qui travaillent ces horaires ne sont pas adaptés.

Aucune concertation

Ce qui irrite le plus les élus et les habitants de ces communes, c'est le manque total de dialogue. "La direction de La Poste ne répond absolument pas aux sollicitations des élus, c'est incroyable!" lance Didier Liennart élu et responsable du collectif à Cunlhat. Selon lui, la direction de La Poste refuse catégoriquement de rencontrer le collectif "Touche pas à ma poste". Pour Didier Liennart c'est le signe d'un mépris:

Élu à Cunlhat, Didier Liennart se sent abandonné

Manque de rentabilité

La Poste, elle, justifie ces modifications à cause du manque de fréquentation dans les bureaux de poste en milieu rural. Par conséquent, ils ne sont pas assez rentables pour le groupe. Mais les membre du collectif ne croient pas en ces arguments. Stéphanie Lobo de Blanzat raconte que la fréquentation ne baisse pas, bien au contraire: "l'autre jour on était 7 à attendre que la poste ouvre" . Pour Didier Liennart de Cunlhat "on est dans une logique d'abandon des services publics en milieu rural".

Les élus et les habitants espèrent désormais un geste de la part de la préfète du Puy-de-Dôme.