Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

1er-Mai : les consignes de Cazeneuve aux préfets pour éviter les débordements lors des rassemblements

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a adressé samedi aux préfets un télégramme détaillant les mesures à prendre lors des rassemblements du 1er mai, afin d'éviter les débordements tels que ceux de jeudi lors des manifestations contre la Loi travail et en marge du mouvement "Nuit debout".

Manifestation contre la loi Travail (illustration)
Manifestation contre la loi Travail (illustration) © Reuters

L'objectif est clair : éviter les débordements. Dans un document transmis notamment à l'AFP, Bernard Cazeneuve demande aux préfets "d'exiger" des organisateurs de manifestations "qu'un service d'ordre interne structuré, identifiable et suffisamment dimensionné soit mis en place".

Un service d'ordre demandé aux organisateurs

Ce service d'ordre doit être "capable d'isoler les fauteurs de troubles ou de signaler les individus dont le comportement présenterait des risques avérés pour la sécurité du cortège et sa dispersion".

Le ministre de l'Intérieur demande aussi d'interdire "les parcours qui présentent des risques avérés", de prendre "toutes les dispositions nécessaires pour filmer les opérations" et de renouveler les instructions "relatives à l'interpellation des individus violents ou auteurs d'infractions caractérisées".

"Usage proportionné et légitime de la force"

Le ministre donne aussi pour consigne "qu'il soit fait un usage proportionné et légitime de la force quand cela sera strictement nécessaire" et demande aux préfets de "rappeler aux forces les règles de déontologie qui s'imposent à elles".

Et cela "compte tenu des fréquents incidents constatés", en référence aux manifestations contre la Loi travail et à "Nuit debout" qui ont dégénéré notamment jeudi à Paris, Rennes et Nantes. Au total, 214 personnes ont été interpellées et 78 policiers blessés. Depuis le début de la contestation, il y a deux mois, 961 personnes ont été interpellées.

Concernant les rassemblements Nuit debout, le télégramme préconise de fixer "un horaire raisonnable de dispersion" au-delà duquel, est-il dit aux préfets, "vous ferez évacuer si nécessaire les places occupées". Le texte ajoute qu'il faut "interdire l'introduction dans les lieux de toute arme par destination", ainsi que la vente ou la consommation d'alcool.

Une telle consigne transmise "à la veille" de chaque manifestation

« A la veille de chaque journée nationale d'action ou de manifestation importante, le ministre adresse aux préfets des consignes identiques », précise le ministère de l'Intérieur.

En début de message, Bernard Cazeneuve souligne que "même en état d'urgence, l'interdiction de ces manifestations ou rassemblements ne saurait constituer, en l'absence de motivations opposables, une réponse recevable en droit". Mais, insiste-t-il, "l'ordre républicain commande que tout soit entrepris pour prévenir ces violences et réprimer (...) leurs auteurs".

Rendez-vous le 3 mai 

Cette journée du 1er mai sera focalisée sur le projet de loi Travail perçu comme trop favorable aux employeurs, en leur donnant par exemple plus de latitude en matière d'aménagement du temps de travail, et facteur de précarité pour les salariés.

Les opposants au projet de Myriam El Khomri comptent aussi se mobiliser le 3 mai pour demander aux parlementaires de "rejeter" le texte, pourtant déjà expurgé de mesures comme le plafond des indemnités prud'homales. Le rapporteur de la loi, Christophe Sirugue, a admis qu'il restait "des points à clarifier" mais estimé que le texte pouvait recueillir une majorité.

  - Aucun(e)
-
     - Aucun(e)
-
Choix de la station

France Bleu