Économie – Social

Mise à jour : le face à face entre casseurs et force de l'ordre a duré jusque tard dans la nuit

Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan jeudi 31 mars 2016 à 10:23 Mis à jour le jeudi 31 mars 2016 à 15:24

Entre 400 et 500 personnes ont affronté les forces de l'ordre tout l'après-midi
Entre 400 et 500 personnes ont affronté les forces de l'ordre tout l'après-midi - Géraldine Houdayer

Beaucoup de monde contre la loi travail à Nantes ce jeudi : de 12.000 à 30.000 personnes. L'immense majorité des manifestants a défilé dans le calme, mais plusieurs centaines de casseurs s'en sont pris aux vitrines et ont affronté les forces de l'ordre jusque tard dans la nuit.

Énormément de monde contre la loi travail à Nantes. L'immense majorité des manifestants a défilé dans le calme en fin de matinée, mais des casseurs se sont positionnés devant le cortège, avant de se mêler à la foule. très vite, les gaz lacrymogènes ont répondu aux jets de projectiles rue de Strasbourg. L'ambiance est vite devenue tendue. Le cortège s'est ensuite scindé en deux, avec les jeunes devant et les salariés à l'arrière. des groupes de casseurs ont aspergé des façades de peinture.  Ils ont aussi brisé des vitrines de banques, notamment cours des 50 otages, comme celle du Crédit Agricole :

La façade de Vinci, la permanence de l'écologiste François De Rugy et le siège du parti socialiste ont été recouverts de peinture. La vitrine de Foncia, à Talensac, a également été brisée.  Il y a aussi eu des mouvements de foule.

Barricades et voitures brûlées 

En début d'après-midi, des groupes de casseurs se sont barricadés place du Bouffay. Entre 400 et 500 personnes se sont retranchées derrière des palissades de chantier. Un jeune homme a abîmé la caméra des journalistes d'I-Télé :

Les affrontements entre casseurs et forces de l'ordre ont duré tout l'après-midi, avec deux voitures brûlées près de l'Hôtel-Dieu,  plusieurs poubelles incendiées, des tas de détritus enflammés et des échanges de projectiles et de lacrymogènes ou canons à eau. La circulation des bus et des tram a été interrompue une bonne partie de la journée.

Environ 300 personnes place du Bouffay jusqu'à 2h du matin

Le face à face avec les forces de l'ordre s'est poursuivi jusque tard dans la nuit, en centre-ville de Nantes, place du Bouffay. Selon la Police, il y avait encore environ 300 personnes vers 2 heures du matin. Elles ont allumé un feu au milieu de la place et un autre sur les voies du tram, juste à côté. Les flammes menaçaient les caténaires, les pompiers sont donc intervenus et eux aussi ont reçu des projectiles : des canettes notamment et des fumigènes. Les policiers ont dû sécuriser leur intervention. Tous les effectifs de nuit étaient mobilisés pour le maintient de l'ordre.

Ambiance place du Bouffay en début de soirée filmée par un des participants au rassemblement :

Le bilan de la journée d'hier fait état de 16 interpellations et de 15 policiers légèrement blessés selon la Police.

50 000 euros de dégâts selon la Tan

Côté dégâts, ils sont relativement nombreux : la Tan les chiffre à 50 000 euros pour le réseau de transports en commun de l'agglomération nantaise, essentiellement des vitres d'abris de bus et de tram brisés et des pavés arrachés. L'arrêt Bouffay n'a pas pu être desservi jusqu'à environ 10h30 ce vendredi matin en direction de la Beaujoire.

Beaucoup de pavés ont été arrachés à Nantes - Radio France
Beaucoup de pavés ont été arrachés à Nantes © Radio France - Géraldine Houdayer