Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manifestations contre les réformes du gouvernement : les syndicats peinent à mobiliser

jeudi 16 novembre 2017 à 16:25 - Mis à jour le jeudi 16 novembre 2017 à 20:59 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les manifestations contre la politique "libérale" d'Emmanuel Macron ont peu mobilisé ce jeudi. Les défilés ont réuni 80.000 participants à travers la France, d'après le ministère de l'Intérieur. La manifestation parisienne a réuni 8.000 personnes selon la police, 40.000 selon la CGT.

Les manifestants à Valenciennes, dans le Nord, ce jeudi.
Les manifestants à Valenciennes, dans le Nord, ce jeudi. © Maxppp - Pierre Rouanet

Les manifestants contre la politique jugée "libérale" d'Emmanuel Macron ont défilé ce jeudi pour la quatrième journée de mobilisation depuis la rentrée. Ils ont dénoncé les ordonnances sur la réforme du Code du travail, en vigueur depuis septembre, espérant être entendus par un gouvernement déterminé. Les défilés ont moins mobilisé que lors des précédents journées de grève et de manifestation : d'après le ministère de l'Intérieur, 80.000 personnes ont battu le pavé en France. C'est plus que la journée de mobilisation du 19 octobre emmenée par la CGT, qui avait réuni 37.700 personnes dans toute la France d'après l'Intérieur. Mais c'est beaucoup moins que les autres journées de mobilisation intersyndicales : le 21 septembre, le ministère avait comptabilisé 132.000 manifestants en France, et 223.000 le 12 septembre.

A Paris, 8.000 participants selon la police, 40.000 selon la CGT

Le défilé parisien comptait 8.000 personnes selon les chiffres fournis par la préfecture de police de Paris. Selon la CGT, ils étaient 40.000. Le 21 septembre dernier, ils étaient 16.000 selon la police, soit deux fois plus. Cette nouvelle mobilisation, après celles de septembre et d'octobre "n'est pas un baroud d'honneur", a assuré le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, présent dans le défilé parisien. "Ça va continuer", a-t-il promis, accompagné du numéro 2 de FO, Pascal Pavageau, dont le numéro un Jean-Claude Mailly a défilé à Marseille. La première mobilisation contre les ordonnances avait réuni à Paris le 12 septembre 24.000 personnes.

A Marseille, Mélenchon critique "la division syndicale"

Présent dans le défilé marseillais, Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, a estimé que que la "résistance (avait) beaucoup pâti de la division syndicale". "Il ne faut plus être séparés entre les syndicats. La division syndicale nous a coûté très cher, et puis la division du politique et du syndical aussi, parce qu'il y a des milliers, des millions de militants politiques (...) qui sont prêts à entrer dans l'action mais à condition qu'on les appelle à une action qui leur semble avoir du sens", a poursuivi le député des Bouches-du-Rhône. A Marseille, CGT et FO ont défilé dans deux cortèges distincts.

"On veut tirer la sonnette d'alarme sur des dossiers à venir, comme l'assurance-chômage et, l'an prochain, l'assurance retraite", a pour sa part expliqué le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, qui a aussi "une forte inquiétude" sur l'avenir du service public républicain.

Les défilés dans l'ouest

À Rennes, entre 1.200 (police) et 1.600 personnes (syndicat) ont défilé. A Nantes, le défilé a réuni entre 2.500 et 4.000 personnes. La manifestation nantaise a été émaillé d'incidents, et les CRS ont fait usage de gaz lacrymogènes. À Mayenne, 350 personnes se sont réunies contre les ordonnances sur la réforme du Code du travail, mais surtout pour défendre l'hôpital du Nord-Mayenne.

Les défilés dans le sud-ouest

A Bordeaux, le défilé a réuni entre 1.65O et 4.000 personnes. À Périgueux, ils étaient 600 manifestants selon la police, 1.000 selon la CGT. À Poitiers, la manifestation a très peu mobilisé, avec 300 personnes dans les rues de la ville. À Dax, dans les Landes, la mobilisation était également en baisse, avec 300 personnes dans les rues de la ville.

Les défilés dans l'est

A Strasbourg, entre 900 et 1.200 personnes ont défilé dans les rues de la ville.

Les défilés en Auvergne-Rhône-Alpes

A Grenoble, les manifestants étaient 1.500 selon la préfecture. À Saint-Étienne, les manifestants étaient au moins 2.200 selon la CGT, 1.000 selon la police. Ils étaient 400 à Annecy et 500 à Chambéry. A Dijon, entre 700 et 900 personnes ont battu le pavé. En Drôme et en Ardèche, moins de 900 personnes se sont mobilisées.

Les défilés en région Centre-Val de Loire

A Orléans, les manifestants étaient 1.200. A Clermont-Ferrand, ils étaient 1.000. À Limoges les manifestants étaient moins d'un millier.