Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Manifestations de gilets jaunes : les commerçants dijonnais en appellent au gouvernement

-
Par , France Bleu Bourgogne

Dijon se prépare à une 11e manifestation de gilets jaunes, et l'activité économique s'en ressent. Sept associations de commerçants et artisans de centre-ville, dont celle de Dijon, Shop In Dijon, ont été reçues ce vendredi après-midi au ministère de l'Économie et des Finances.

Denis Favier, président de Shop In Dijon, déplore un centre-ville déserté par les clients chaque samedi
Denis Favier, président de Shop In Dijon, déplore un centre-ville déserté par les clients chaque samedi © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

" _Ils viennent embêter des gens qui travaillent le samedi et qui essayent de gagner leur vie_. Pas que les commerçants, mais aussi leurs salariés". Denis Favier, président de la fédération de commerçants Shop In Dijon, exprime en ces termes sa lassitude des manifestations de gilets jaunes en centre-ville. Ce sera la 11e ce 26 janvier. En décembre, le chiffre d'affaires des commerçants et artisans dijonnais avait chuté de 37%, et les soldes souffrent désormais de ces rassemblements qui se déroulent le samedi, jour de la plus forte fréquentation en temps ordinaire.

En attente de mesures d'accompagnement fiscales

La semaine dernière, la fédération de commerçants Shop In Dijon s'est alliée à 6 autres associations à Lyon, Grenoble, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes, pour écrire au ministre de l'Intérieur et à celui de l'Économie et des Finances. Suite à ce courrier, le ministère de l'Économie leur a lancé une invitation. Ce vendredi 25 janvier, une délégation des commerçants a donc été reçue par deux secrétaires d'État, Agnès Pannier-Runacher, et Olivier Dussopt. Denis Favier en est ressorti avec une impression mitigée. 

Certes, l'invitation lancée aux associations était à saluer, mais " _ils ne nous ont appris, ou plutôt répété, que des choses qui existent déjà_. Des mesures ont été prises dès le mois de décembre, aussi bien au niveau de l'URSSAF que de la Direction générale des finances, ou de la DIRECCTE. Malheureusement, ils n'ont pas beaucoup de retour de dossiers, parce que les commerçants n'osent pas. Donc ils nous ont bien dit qu'il ne fallait pas attendre la dernière minute pour que les commerçants se manifestent". Quant aux demandes d'exonérations supplémentaires, il leur a été répondu que c'était impossible.

Plaidoyer pour une protection policière élargie

Un centre-ville déserté, ce n’est pas bon pour l’emploi, souligne Denis Favier, qui rappelle que dans toute la France, 56.000 emplois temporaires n’ont pas été proposés à l’occasion des fêtes de fin d’année. La fédération de commerçants Shop In Dijon et les six autres associations ont également écrit au ministre de l'Intérieur, et attendent une réponse. Denis Favier précise qu'il attend de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, des instructions pour _« une plus grande protection du centre-ville_, plus large qu’elle n’est à l’heure actuelle, c’est-à-dire que tous les services de police et de gendarmerie ne protègent principalement que la rue de la Liberté et les quelques rues adjacentes ».