Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manifestations des lycéens : Le recteur de l'Académie de Bordeaux appelle à la responsabilité des parents

jeudi 6 décembre 2018 à 19:01 Par Pascal Pierozzi, France Bleu Gironde

19 établissements ont été touchés par les manifestations des lycéens ce jeudi. 13 jeunes ont été interpellés après des dégradations. Le recteur Olivier Dugrip appelle à l'apaisement et à la responsabilité des parents.

L'éducation nationale décline toutes responsabilités quand les élèves participent à des manifestations
L'éducation nationale décline toutes responsabilités quand les élèves participent à des manifestations © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Les manifestations des lycéens se sont encore multipliées ce jeudi dans le département de la Gironde. Si certaines se sont déroulées dans le calme hors métropole, d'autres ont été beaucoup plus violentes. Trois voitures ont été incendiées à Mérignac devant le lycée Daguin. A Bordeaux, les voies du tramway ont été endommagées par des feux de poubelles.  13 jeunes ont été interpellés par les forces de l'ordre, 8 à Blanquefort, 3 à Mérignac et 2 à Bordeaux.  

En grande majorité, les dégradations sont l'oeuvre de casseurs qui chauffent les esprits des lycéens.  Olivier Dugrip, le recteur de l'Académie de Bordeaux l'a aussi constaté : "Il est évidemment que les manifestations lycéennes sont infiltrées par des agitateurs et des casseurs animés de mauvaises intentions. Ils sont là pour semer le désordre et la violence et dès leurs méfaits accomplis repartent aussi vite qu'ils sont venus,  et laissent les lycéens totalement désemparés."

La priorité c'est la sécurité de nos enfants - Olivier Dugrip 

Olivier Dugrip le recteur de l'Académie de Bordeaux condamne les violences des casseurs au coeur des manifestations lycéennes  - Radio France
Olivier Dugrip le recteur de l'Académie de Bordeaux condamne les violences des casseurs au coeur des manifestations lycéennes © Radio France

"Toute la semaine, les équipes de direction des lycées, les équipes de vie scolaire, les enseignants sont mobilisés pour assurer la sécurité des élèves, et je veux leur rendre hommage " insiste le recteur de l'Académie de Bordeaux.   

Olivier Dugrip recteur de l'Académie de Bordeaux

La Fédération des Conseils de Parents d'Elèves des Ecoles Publiques (FCPE) a appelé, dans un communiqué,  "les parents des lycéens à être présents aux abords des lycées afin de veiller à ce que la protection des jeunes soit assurée". Elle a également demandé "à ce que soient mis à la disposition des élèves des lieux de discussion pour la tenue de leurs assemblées générales à l'intérieur des lycées".  Elle a enfin demandé "à tous les jeunes de faire preuve de la plus grande retenue et de ne pas cèder aux injonctions d'éléments extérieurs dont les intentions n'ont rien à voir avec les inquiétudes exprimées et qui brouilleraient leurs revendications". 

Le recteur écarte toutes responsabilités à l'extérieur des établissements

Olivier Dugrip a rappelé que l'éducation nationale n'est responsable des élèves qu'à l'intérieur des établissements : "Celles et ceux qui manifestent ou pas à l'extérieur et qui participent à des violences sont bien évidemment sous la seule responsabilité de leurs parents. L'éducation nationale ne serait être mise en cause."

Le pire est à craindre pour la journée de samedi. La FIDL, la Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne, appelle à poursuivre le mouvement, en dehors de la manifestation des gilets jaunes et n'a pas prévu, aux dernières nouvelles, de rendez-vous précis. Seuls les réseaux sociaux fonctionnent à plein tube. Olivier Dugrip demande aux parents de garder leurs enfants à la maison : "Si jamais des lycéens se retrouvent au milieu des gilets jaunes, encore une fois, il en va de la responsabilité des parents. Ils doivent protèger leurs enfants." 

Selon le rectorat, la mobilisation des lycéens est suivie par une minorité. Dix-neuf établissements étaient touchés ce jeudi dans l'Académie de Bordeaux sur 131 lycées publics et lycées publics professionnels.