Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Manifestations du 1er-Mai : "La France est dans une situation de jamais-vu", estime Jean-Luc Mélenchon à Marseille

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Provence, France Bleu

Présent dans le cortège de la CGT à Marseille ce mercredi, le leader de la France Insoumise a insisté sur la nécessité des "convergences populaires" et dénoncé l'attitude du député LREM Mohamed Laqhila qui demande la dissolution de la CGT des Bouches-du-Rhône.

Jean-Luc Mélenchon lors de la manifestation du 1er mai 2018 à Marseille
Jean-Luc Mélenchon lors de la manifestation du 1er mai 2018 à Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a estimé mercredi que la France se trouvait "dans une situation de jamais-vu" après 24 semaines de mouvement des "gilets jaunes", et que la "solution" passait par des "convergences populaires". 30.000 manifestants selon la CGT, 5500 selon la police et près de 1200 gilets jaunes selon les autorités, étaient rassemblés ce mercredi  sur le Vieux-Port de Marseille avant le départ du défilé du 1er-Mai. Une manifestation qui se déroulait dans le calme ce mercredi midi. En fin de cortège en début d'après-midi, des grenades lacrymogènes ont été tirées en bas de la Canebière.

Pour beaucoup de gilets jaunes, il s'agissait d'une première manifestation un 1er mai. Brigitte, âgée de 63 ans, retraitée et mobilisée depuis le 17 novembre, gagne 634 euros par mois. Pour elle, le montant de sa pension est "injuste".

Le mouvement des gilets jaunes "ne s'arrêtera jamais"

Présent dans la manifestation organisée à Marseille par la CGT, la FSU et Solidaires, aux côtés de Manon Aubry, tête de liste LFI aux élections européennes, Jean-Luc Mélenchon a estimé que "nous sommes dans une situation qui est du jamais-vu. Jamais nous n'avons eu en France un mouvement social qui dure 24 semaines".

"Ce qu'il y a de nouveau cette année, ce n'est pas la violence (...), c'est la jonction entre le mouvement ouvrier, traditionnel, syndical, et le mouvement spontané, insurrectionnel des gilets jaunes. Jusqu'à quel point, dans quelles proportions, comment tout ça se mélange bien ou mal ? C'est ça la grande question politique dans laquelle est plongé notre pays", a-t-il poursuivi croyant "très fort" à une possible convergence entre les gilets jaunes et le mouvement syndical et social traditionnel. Le mouvement des gilets jaunes "ne s'arrêtera jamais", a poursuivi le député des Bouches-du-Rhône.

Un député LREM demande la dissolution de la CGT13

Jean-Luc Mélenchon a également estimé qu'"on marche sur la tête" alors que Mohamed Laqhila, député LREM des Bouches-du-Rhône, réclame la dissolution de l'union départementale de la CGT après des incidents lors d'un meeting politique à Gardanne. Le leader de LFI a indiqué que le secrétaire de la CGT dans les Bouches-du-Rhône était convoqué "au commissariat". Mohamed Laqhila, dénonçant des violences inadmissibles commises par la CGT de Gardanne, avait déposé plainte et écrit au Premier ministre. 

Une manifestante de la CGT et un gilet jaune à Marseille mercredi matin  - Radio France
Une manifestante de la CGT et un gilet jaune à Marseille mercredi matin © Radio France - Corrine Blotin